Actualités Société L'idée fait son chemin

L’idée fait son chemin

L’idée proposée par le député de Rimouski, Harold LeBel, d’utiliser la façade Ouest de Place Saint-Laurent pour imaginer un projet d’art public fait son chemin au sein de la population.

Notre texte à ce sujet publié hier, en soirée, a suscité beaucoup de réactions pour la plupart très positives. Par contre, puisqu’il était question d’un édifice bien en vue à Rimouski, certains se sont montrés ironiques. On fait allusion à la difficulté qu’ont parfois les Rimouskois à s’entendre sur un projet (exemple : projet de résidence pour aînés de FARI) et au manque d’efforts de préservation consacrés à des bâtiments en décrépitude comme la cathédrale, les Ateliers Saint-Louis et l’ancienne école d’agriculture.



Les deux à la fois

Un résident bien connu du district Saint-Germain, Clément Brillant, a trouvé une façon de combiner les deux! Une de ses photos met à la fois en valeur le bâtiment de Place Saint-Laurent et un édifice patrimonial, la cathédrale. Monsieur Brillant a été facteur et il connaît très bien le centre-ville


Il a écrit ce qui suit au journal et proposé une photo dont il est l’auteur, suggérant ainsi une autre forme d’utilisation artistique de l’édifice (voir photo principale).

« Bonjour Pierre; je viens de voir sur Journal Le Soir l’idée d’une murale sur la façade Ouest de la tour de Place Saint-Laurent. Je suis d’accord que ce grand mur aveugle pourrait être amélioré. Chaque année, au moment du solstice d’hiver, je vais prendre une photo de l’ombre du clocher de la cathédrale sur ce mur (pendant une dizaine de jours, c’est possible et c’est très impressionnant). Je vous fais suivre ma photo de 2020. »



Il n’y a pas, pour l’heure, de concours ou de site officiel pour présenter un projet. Toutefois, la page Facebook du journal demeure un endroit approprié pour, à tout le moins, en débattre, et émettre publiquement des idées réalistes.

Un autre lecteur a publié cette photo de fresques réalisées à Sherbrooke. (Photo: Facebook)

Terrasses Cogeco


Si une initiative était lancée, elle pourrait venir des Terrasses Cogeco, qui battent leur plein sur la rue Saint-Germain Est, à Rimouski, présentement.

« On ne peut qu’être entièrement d’accord avec tout ce qui peut embellir et tout ce qui peut favoriser l’art dans notre centre-ville! L’idée me trotte dans la tête depuis un certain temps, donc, je ne peux que vous dire que ça mijote dans l’esprit des organisateurs des Terrasses Cogeco d’utiliser cette façade pour une fresque ou une activité de projection. On peut y penser, mais il faut aussi se dire que c’est un bâtiment privé et qu’il faudrait certaines autorisations. Toutefois, comme c’est davantage la partie résidentielle qui est touchée, ce devrait être possible de s’entendre avec les copropriétaires résidents », dit le président de l’organisation, Tommy Lemieux Cloutier.

Que faire avec le grand mur Ouest de Place Saint-Laurent? (Photo: courtoisie)

Un tiers passé

Par ailleurs, avec 10 jours complétés sur 31 (jusqu’au 15 août), le déroulement de la 8e présentation des Terrasses Cogeco s’avère très satisfaisant selon monsieur Lemieux Cloutier. « Ça va vraiment bien, c’est génial. On a eu beaucoup de beau temps. Il a plu un peu hier et certains, comme nous, ont pris congé de terrasse pour se concentrer sur les activités à l’intérieur, mais aujourd’hui,  le soleil est déjà de retour et ça promet. »

Le public est invité à faire des suggestions sur la façon dont on pourrait, dans le respect des droits et propriétés de chacun, utiliser le mur Ouest de Place Saint-Laurent pour y créer une œuvre d’art visuel, éphémère ou permanente, soit par dessin, soit en ayant recours aux nouvelles technologies de projection ou d’éclairage.

Selon l’artiste Vincent « VoRo » Rioux, dessinateur et bédéiste, une murale sur Place Saint-Laurent coûterait au bas mot 60 000 $ à réaliser, mais il y a des subventions disponibles pour ce genre de projet.

Une murale du genre vient d’être produite sur le mur Ouest de l’Institut maritime du Québec (IMQ), un peu plus à l’Ouest sur la rue Saint-Germain, avec le concours de la Fondation de l’IMQ et du Centre d’artistes Caravansérail.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×