Nouvelle de 17 h L’achat du Mont-Comi toujours à l’étude à la MRC de La Mitis

L’achat du Mont-Comi toujours à l’étude à la MRC de La Mitis

La MRC de La Mitis envisage toujours de se porter acquéreur du parc du Mont-Comi, à Saint-Donat, où des activités estivales se sont ajoutées aux sports de glisse dans les dernières années.

La vague de popularité des sports de plein air suscitée par la crise sanitaire s’avère toujours bien concrète et les autorités politiques de la MRC de La Mitis ont constaté ces deux dernières années que la prise en main d’une telle infrastructure pourrait s’avérer un moteur de développement. Surtout que c’est déjà le cas dans les Basques, alors que des municipalités et la MRC sont propriétaires du parc du Mont Saint-Mathieu et sont parvenues à en assurer le développement.



La MRC de La Matapédia est pour sa part propriétaire de Val-d’Irène, dans la Vallée. Ces deux stations de sports d’hiver ont reçu des subventions du gouvernement provincial pour améliorer leurs équipements. Il semble qu’il soit plus facile d’en obtenir davantage si la station est de propriété publique.

Le parc du Mont-Comi est essentiellement une station de sports d’hiver, mais le vélo de montagne y a été développé ces deux dernières années, on y retrouve des installations équestres et la proximité du Grand lac des sept lacs pourrait s’avérer un atout pour la pratique des sports nautiques, également en croissance. Un projet de camping a déjà été évoqué.


Discussions

« Est-ce qu’on s’intéresse toujours au Mont-Comi? La réponse est qu’on réfléchit toujours à ce projet. On attend un retour de demande pour aller s’asseoir avec les gens du Groupe Roussel (propriétaire du parc) et amorcer des discussions. Nous avons obtenu quelques-unes des informations attendues avec une étude sur la valeur des actifs du parc. Il en manque quand même un peu. On en a discuté avec le Groupe Roussel, car on a besoin de plus de données », résume le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.



Celui-ci avait par ailleurs mentionné précédemment que la décision pourrait être prise d’ici la date des élections municipales, le 7 novembre, mais ce ne sera pas le cas. « C’est bien ce que j’espérais, mais j’étais visiblement trop optimiste. S’il y a une annonce, ce sera par le prochain conseil des maires », note monsieur Paradis. Celui-ci confirme qu’il tentera d’obtenir un second mandat comme maire de Price le 7 novembre.

Bruno Paradis (Photo: archives)

De maire à conseiller


Un des principaux interlocuteurs dans ce dossier, s’il progresse, sera le conseil municipal de Saint-Donat. Le maire sortant, André Lechasseur, vient de confirmer qu’il sollicitera plutôt un poste de conseiller le 7 novembre. « Le maire est un peu épuisé, mais il veut continuer de travailler avec une équipe dynamique, qui a mis en place les conditions pour procurer de la vitalité à notre communauté. Personne ne m’a demandé de me retirer, mais je considère que j’ai fait un bout et je suis fatigué. Je recule d’un pas. Je vais quand même faire partie de la garde rapprochée du conseil municipal. Il y aura des candidats pour tous les postes, mais je crois bien qu’ils seront tous élus sans opposition. Ce n’est pas comme en 2017, où nous nous étions mobilisés pour remplacer le conseil sortant », confie monsieur Lechasseur.

André Lechasseur (Photo Alexandre D’Astous – Journal Le Soir)

« J’ai toujours confiance que l’on puisse avancer dans le dossier du Mont-Comi, mais cela ne relève pas strictement de moi. On va voir ce qui va se passer dans un proche avenir. Je vais être attentif, parce que le développement du Mont-Comi est très important et prometteur. Je ne peux pas dire, maintenant, si je suis favorable à l’achat du parc par la MRC. C’est prématuré de s’avancer. Il nous manque quelques éléments d’information très importants. Le Groupe Roussel n’a pas fourni tous les chiffres qui ont été demandés par la MRC », précise André Lechasseur.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×