guycaron
Élections municipales 2021 > Sortie de Virginie Proulx : « Très déçu et inacceptable »
Élections municipales 2021

Sortie de Virginie Proulx : « Très déçu et inacceptable »

La période des questions de Guy Caron
Guy Caron s’adressant aux journalistes, ce matin. (Photo: journallesoir.ca, Roxanne Guillaume)

Le candidat à la mairie de Rimouski, Guy Caron, a réagi à l’attaque de sa rivale, Virginie Proulx, concernant son lieu de résidence, ce matin.

Contrairement à notre habitude suivant les conférences de presse des candidats à la mairie de présenter leurs engagements, puis de rapporter les réponses de la période des questions dans un second texte, nous procéderons à l’inverse, aujourd’hui, étant donné le nombre important de réactions suscitées par notre texte d’hier, où madame Proulx se demandait si Guy Caron était vraiment résident de Rimouski et s’il attendrait la fin des classes avant de s’installer, lui dont l’autre résidence se trouve à Gatineau, où se trouve aussi sa famille.

Le thème de la conférence de presse de monsieur Caron, les priorités économiques, fera l’objet d’un second texte, en fin de journée.

« Ma réaction est que je suis très déçu d’entendre ça. C’est clair que l’enjeu d’amener ma famille (dans la campagne électorale) n’est pas acceptable, pour moi. J’ai toujours été transparent sur le fait que ma famille demeure dans l’Outaouais. Il y a des raisons pour ça. Quand j’ai été élu comme député fédéral, en 2011, mon fils avait deux ans et demi et ma fille n’était pas née encore. Pour assurer une conciliation travail-famille, on a fait le choix de demeurer dans l’Outaouais afin de pouvoir voir ma famille la semaine tout en pouvant venir à Rimouski. L’idée est de ne pas être en conflit constamment entre le besoin de voir ma famille et le besoin de faire mon travail de député », a indiqué monsieur Caron.

« Ça a été le cas jusqu’en 2019 et lorsque j’ai été défait, j’ai partagé mon temps entre les deux. Je suis revenu à Rimouski après les élections. Par la suite, la COVID nous a frappés et on a décidé de ne pas « barouetter » mes enfants d’un côté et de l’autre. En 2020, j’ai annoncé que ma famille était là et que lorsque je serais élu maire, après la fin de l’année scolaire pour assurer de la stabilité à mes enfants, ils vont déménager à Rimouski. J’ai été toujours transparent là-dessus et c’est pour ça que j’ai été déçu de la sortie de mon adversaire, hier », a ajouté l’ancien député fédéral.

S’il n’était pas élu

« Madame Proulx se demandait si vous alliez demeurer à Rimouski après les élections », a souligné le collègue Francis Belzile, de la radio CKMN, à monsieur Caron.

« Encore une fois, depuis que j’ai été élu, j’ai d’abord loué une résidence avant d’en acheter une. C’est une maison, pas un chalet, que j’ai achetée en 2012 et dont je dans laquelle j’habite toujours quand je suis à Rimouski. On est Rimouskois, mais par la force des choses, on est également dans l’Outaouais », a répondu Guy Caron.

Le journal lui a demandé quel était son statut professionnel actuellement. « Présentement, mon occupation est d’être en campagne électorale à Rimouski. L’an dernier, j’ai commencé à travailler pour Héritage Bas-Saint-Laurent comme directeur général, j’ai été recruté par son président, Alexander Reford, pour restructurer l’organisation. Celle-ci a un pied à terre à Métis-sur-Mer et bientôt à Rimouski. J’ai été embauché en juin 2020 et j’y ai travaillé jusqu’en août 2021. Mon successeur a alors été embauché. J’ai aussi enseigné comme chargé de cours à l’UQAR, en société, territoire et développement. »

Port de Rimouski

Dans son point de presse, le candidat à la mairie a parlé de l’importance économique du port de Rimouski.

« Monsieur Caron, concernant la réfection du port. Il y a beaucoup d’intervenants qui disent qu’on n’aura pas assez d’argent pour réparer une section du port qui dépérit. Qu’en pensez-vous? », a fait remarquer le collègue Belzile.

« C’est possible. Je ne veux pas m’engager trop loin sur le dossier sans avoir les documents et les études qui ont été réalisées. Mais elles ne sont présentement pas accessibles au public. À l’époque, en 2015-2016, lorsque la rétrocession du fédéral au gouvernement du Québec allait bon train, il était question d’une part de 55 M$ à 60 M$ pour la réparation et l’entretien futur du port. Si le coût est exorbitant dans son ensemble, mais qu’on peut sauver la jetée Sud et la portion Ouest, l’argent devrait peut-être aller là. On devra optimiser les sommes que nous allons recevoir », a commenté Guy Caron.

À une autre question dans le même ordre d’idées de Denis Leduc, de Radio-Canada, monsieur Caron a rétorqué : « Je présume que lorsque le gouvernement du Québec a accepté la cession de quatre ports de l’Est du Québec, il devait avoir conduit ses propres études pour connaître leur état. On savait déjà en 2015 que la jetée Ouest se dégradait. L’accès en a été fermé. Ce n’était pas une surprise  non plus pour le gouvernement du Québec. Je ne peux pas présumer de la raison de sa décision, mais il ne devrait pas être surpris du fait que les réparations sont urgentes et que le port manque d’entretien. »

Option numéro un?

« Est-ce que le développement de Rimouski passe par le port? Est-ce que pour vous, c’est l’option numéro un et peut-être la seule? », a interrogé Martin Brassard, de la radio Rouge FM/Énergie.

« Ce n’est pas la seule, mais c’est l’option prioritaire. On est la Technopole maritime du Québec. On a besoin d’avoir des investissements dans le domaine maritime. Un peu à l’image à Saint-Hyacinthe, qui est la Technopole agricole, mais ne reçoit pas que du soutien dans ce domaine. L’image de Rimouski, la proximité du fleuve et le fait qu’on lui a tourné le dos très longtemps, on a besoin de refaire le travail pour se le réapproprier et ça, ça passe par le port de Rimouski. On peut difficilement prétendre être la Technopole maritime du Québec si notre port est en mauvais état et ne peut pas, par exemple, accueillir le navire de recherche Coriolis II de façon régulière. On ne peut pas être une technopole à part entière si le port n’est pas en bon état », lance monsieur Caron.

Traversier

« Vous faites de la reprise du service de traversier une de vos priorités. Comment allez-vous mettre de la pression sur la Société des traversiers du Québec pour obtenir la fameuse étude sur les traversiers de la région? » a demandé à son tour Simon Gamache-Fortin, de TVA.

« Nous avons beaucoup souffert en temps de COVID et monsieur Journault (Hilaire, le propriétaire du CNM Évolution), aussi. On a besoin de travailler à relancer le lien. Le prochain maire de Forestville (destination du traversier sur la Côte Nord) va sûrement être d’accord avec ça. Si le traversier de Trois-Pistoles peut jouir d’une aide ponctuelle quand il y a des problèmes, si Rivière-du-Loup jouit d’un contrat avec un opérateur privé, il y a moyen de trouver une formule qui va fonctionner à Rimouski, avec l’aide du gouvernement du Québec. Je ne ferme aucune porte pour ramener le service. »

Facebook Twitter Reddit