Opinion > Il nous faut une messe de minuit à la cathédrale
Opinion

Il nous faut une messe de minuit à la cathédrale

Le clocher de la cathédrale vu depuis la Place du 6 mai 1950. (Photo: courtoisie Christian Boudreau)

Le dossier de la cathédrale avance trop lentement. Il nous faut une messe de minuit à la cathédrale pour cimenter les rapprochements entre les parties et ainsi obliger un dénouement le plus rapidement possible.

Récemment, moi, Yvan Chouinard, paroissien de Saint-Germain de Rimouski, j’ai demandé à l’évêque Denis Grondin et à la Fabrique s’il était possible de célébrer une messe de minuit dans notre cathédrale. Cela aurait pour effet d’y voir une lumière au bout d’un tunnel éternellement long dans ce conflit qui n’en finit pas, même si l’espoir est présent plus que jamais. Un peu d’amour et un peu de bonne volonté concrétisés par cette célébration indiqueraient à la population qu’un règlement est proche.


Voici un petit texte que je vous offre pour la circonstance.

Seigneur nous donneras-tu une messe de minuit ?

Le temps passe, et passe, et passe encore et toujours sans jamais s’arrêter. Comment ne pas y penser de plus en plus souvent lorsque la mèche du cierge de la vie ne cesse de s’écourter pour, irrémédiablement, un jour, s’éteindre au ras du chandelier, faute de combustible.

Le vieillissement éveille en nous bien des réflexions face à nos espoirs. De plus en plus de nos proches se sont envolés vers l’au-delà sans réponse à leurs attentes, souvent les mêmes que les nôtres. Il y en a une qui titille bien des personnes, la voici : « Verrons-nous enfin notre patrimoine qu’est la Cathédrale de Rimouski à nouveau s’animer? Pourrons-nous enfin verser nos larmes de joie lors d’une cérémonie réconciliatrice? Pourrons-nous la voir revivre de nos rencontres un jour avant qu’il soit trop tard? »Pensons-y bien, sept ans déjà que ses portes se sont refermées.

Il y a urgence, c’est à notre tour d’exiger et d’agir, nous qui sommes maintenant et en fin de compte les bâtisseurs et les conservateurs de ce diamant. Souvenons-nous, nous qui commençons à prendre de l’âge, et même les plus jeunes, souvenons-nous de notre enivrement lorsque Janis Joplin entonnait dans la chanson « Mercedes Benz » : « Oh lord won’t you buy me a color tv. » On y ressentait le désespoir des Afro-Américains devant leur incapacité à changer les choses. Ils adressaient leurs peines directement à leur Dieu.

Yvan Chouinard (Photo: courtoisie)

Pour les amoureuses et les amoureux de la Cathédrale de Rimouski que nous sommes, ce désespoir peut s’apparenter à cet accablement que nous ressentons devant l’interminable saga depuis trop longtemps subie. Notre sagesse nous l’a appris; et nous le savons bien, il faut un déclencheur. Notre intérêt premier, dans cette situation, n’est pas porté par l’acquisition d’une télé couleur comme le chantait si bien Janis, mais par l’ouverture de la Cathédrale de Rimouski. Il faut rapidement que cela se fasse.

Aussi, mes amis, de tout cœur, ensemble, s’il vous plait, chantons:
« Oh lord, won’t you give me a messe de minuit. »

Naturellement, avec l’évêque Grondin comme officiant.

Allons, propageons haut et fort, très fort, la prière pour que de tout cœur le monde l’entende, la répète et exige qu’elle se réalise.

Yvan Chouinard

Facebook Twitter Reddit