Actualités > Politique > Un avant-goût de ce que sera 2022 à Rimouski
Politique

Un avant-goût de ce que sera 2022 à Rimouski

Monsieur Caron à la table d’honneur, entouré notamment de Maïté Blanchette-Vézina, de Centraide, et d’Éric Forest, sénateur, lors de ce dîner-conférence. (Photo: journallesoir.ca, Roxanne Guillaume)

(Rétrospective de 2022)-DÉCEMBRE-Le nouveau maire de Rimouski, Guy Caron, prononce une conférence devant la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette le 16 décembre, dans laquelle il souligne quelles seront ses priorités en 2022.

Monsieur Caron entend consulter davantage la population, appuyer la tenue de grands événements, combattre la pénurie de logements, relancer le centre-ville et mieux protéger le patrimoine bâti.

C’est ce qui ressort notamment de son intervention devant une assistance maximale de quelque 200 personnes. C’était le retour d’une tradition à la Chambre, celle du dîner du maire, après un an d’absence en raison de la crise sanitaire.

Métal du Golfe_VF

Ambitions

Le thème de sa conférence était « Les moyens de nos ambitions » qui a permis notamment d’en apprendre davantage sur les processus de consultation qu’entend mener monsieur Caron, conformément à ses engagements électoraux.

Pour ce qui est des ambitions, tout d’abord, il prévoit la tenue d’une consultation élargie, Rimouski 2030,  afin de définir le plan de développement de la Ville à long terme. Aussi, les citoyens seront consultés sur les orientations budgétaires à compter de 2022. Il a aussi rappelé que dans le dernier budget, déposé lundi dernier, la contribution de la Ville au fonds de logement social avait été doublée, passant de 130 000 $ à 260 000 $, ce qui amènera le fonds total à 1 M$, fonds mis à la disposition des promoteurs. De plus, la Ville injecte 100 000 $ dans un fonds pour la préservation du patrimoine bâti.

Consultations

« La consultation Rimouski 2030 va s’enclencher quelque part cet hiver. Nous avons commencé à travailler sur la logistique. C’est une approche qui sera encadrée par le conseil municipal et non pas par l’administration de la Ville. Nous allons inviter les citoyennes et les citoyens, les acteurs du milieu à se l’approprier. La direction à long terme, ce n’est pas celle que j’ai avancée en campagne électorale, c’est celle que les Rimouskois veulent avancer et où on veut être dans huit ou neuf ans d’ici. Ce ne sera pas un exercice vain de consulter pour consulter. Ce sera de se donner une direction et des objectifs à atteindre à long terme. Il y aura des consultations à ce sujet et il y aura également une consultation pré-budgétaire, tel que je me suis engagé à le faire en campagne électorale », a notamment déclaré monsieur Caron.

« Les citoyens ont peu voix au chapitre dans les préparatifs budgétaires et je pense que c’est important d’inclure tout le monde, dont la Chambre de commerce, le milieu communautaire ou le milieu environnemental, les citoyennes et citoyens devraient avoir la chance de parler de leurs priorités, afin que leur point de vue soit pris en compte dans la préparation du budget et non pas après. Également, le budget participatif sera intégré à la préparation du budget. On sera en mesure de retenir les cinq ou six meilleures idées du budget participatif et d’en faire la sélection par la suite. On atteindra les deux objectifs dans un même processus », a expliqué le maire Caron.

Guy Caron lors de sa conférence, comme invité de la Chambre de commerce et de l’Industrie Rimouski-Neigette. (Photo: journallesoir.ca, Roxanne Guillaume)

Logement

« Sur le plan du logement, on a besoin de réviser nos façons de faire pour faciliter le développement, un développement harmonieux. On a besoin de favoriser la densification. En grande partie, l’exercice de réviser le plan d’urbanisme et celui de réviser les règlements de zonage vont aider au développement résidentiel. Il y a des besoins au chapitre du logement en général, mais il y en a aussi pour le logement social. Dans le budget, nous commençons à avoir des conditions gagnantes pour améliorer la situation. On aura des leviers pour aller chercher divers investissements, car nous avons aussi des organismes actifs sur le plan du logement social : la Logeri, Serviloge et le Groupe de ressources techniques, », précisait le maire.

« Nous allons également développer une politique de l’habitation. Pour le patrimoine bâti, on va pouvoir obtenir des fonds de Québec et d’Ottawa si on fait notre part », a-t-il précisé.

Grands projets

Il y a de grands projets en marche à Rimouski, a rappelé monsieur Caron : la construction du pavillon d’enseignement de la médecine, l’agrandissement et la rénovation du théâtre du Bic, le Campus d’innovation Novarium, les Jeux du Québec été 2023, la rénovation du Colisée, la construction du Lab-École et de la Maison des aînés et la revitalisation du centre-ville, incluant la restauration de la cathédrale, la démolition de la vieille partie de la Grande Place et son projet de remplacement, la création d’un quartier de la culture, la nouvelle vocation de la Place des Anciens combattants.

Les moyens

Quant aux moyens de ses ambitions, le maire Caron a rappelé que Rimouski a la situation financière la plus enviable des sept villes comparables de 45 000 à 55 000 de population, tant pour ce qui est du niveau de taxation que du niveau d’endettement. Les revenus fonciers sont de plus en plus importants, mais aussi la Ville entend diversifier ses sources de revenus en appliquant des dispositions récentes contenues dans la loi provinciale. Par exemple, lors de développements résidentiels, les villes ont maintenant le droit d’imposer aux promoteurs d’inclure les espaces verts dans leurs propres dépenses. Les villes peuvent aussi demander des redevances aux carrières pour les appliquer sur l’amélioration des voies de circulation.

Commentaires d’Éric Forest

L’ancien maire et maintenant sénateur canadien Éric Forest, a invité les Rimouskois à s’intéresser aux affaires municipales.

« Les villes et municipalités sont le gouvernement le plus près des citoyens, j’en ai l’intime conviction. Elles jouent un rôle économique et social des plus importants. Pensons à l’environnement. Les municipalités ont le défi du développement durable à relever. On sait qu’à Rimouski on a le défi du logement, un autre secteur d’intervention. On s’assure que les plus démunis aient un filet de sécurité. Que nos jeunes aient accès à des loisirs. Je remarque qu’il y a de plus en plus de disparités sociales. Un autre défi important est celui de la relève dans nos entreprises et nos organisations. Et il y a celui d’être attractive pour attirer de nouvelles familles. C’est quelque chose de très important. Je souhaite un merveilleux mandat à toute l’équipe du nouveau conseil municipal et j’ai confiance dans les qualités de rassembleur de Guy Caron. »

On peut voir la conférence en différé, en suivant ce lien.

Facebook Twitter Reddit