Journal Le Soir
Actualités > Environnement > Véhicules électriques : un autre seuil est franchi
Environnement

Véhicules électriques : un autre seuil est franchi

(Photo: Unsplash photos)

La flambée des prix de l’essence et la vulnérabilité de l’approvisionnement en pétrole semblent avoir convaincu trois Canadiens sur cinq que le moment est venu d’acheter un véhicule électrique (VE), et plus de la moitié d’entre eux affirment qu’ils « n’achèteront plus jamais un véhicule à essence ».

C’est ce qu’indique un nouveau sondage du cabinet d’audit, de fiscalité et de services-conseil KPMG au Canada. Près du tiers (30 %) des répondants regrettent de ne pas avoir déjà acheté un véhicule électrique.

« Les résultats du sondage montrent que la hausse des prix du carburant est un important catalyseur de l’évolution du comportement des Canadiens à l’égard des véhicules électriques, a déclaré Peter Hatges, leader national, Automobile, KPMG au Canada. « Les Canadiens, qui étaient déjà sous tension en raison de la montée de l’inflation, craignent maintenant que la flambée des prix de l’essence les empêche d’équilibrer leur budget. L’acquisition d’un VE leur permettra de reprendre un certain contrôle sur leurs finances en réduisant leurs coûts liés au carburant et à l’entretien. »

Six pour cent des 1 005 Canadiens interrogés ont commandé un VE au cours du dernier mois, ce qui représente une augmentation de 50 % de la part des VE vendus en 2022.

Principales conclusions

  • 61 % des Canadiens déclarent que la flambée des prix de l’essence et la vulnérabilité de l’approvisionnement en pétrole les ont convaincus que le moment est venu d’acheter un VE.
    • 18 % affirment que cela a « renforcé » leur décision
    • 24 % indiquent que cela a « grandement influencé » leur décision
    • 19 % disent avoir changé d’avis en raison du prix de l’essence; ils n’envisageaient pas de se procurer un VE avant, et c’est le cas maintenant
  • 47 % des répondants déclarent qu’ils « se procureront immédiatement un VE ou un véhicule hybride rechargeable (VHR) » même s’il leur faudra peut-être un an avant de le recevoir en raison des problèmes associés à la chaîne d’approvisionnement
  • 6 % des Canadiens affirment « avoir commandé un VE au cours du dernier mois »
  • 51 % d’entre eux indiquent qu’ils « n’achèteront plus jamais de véhicule à essence »
    • En Colombie-Britannique, ce pourcentage grimpe à 63 %, à 60 % chez les 25 à 34 ans et à 68 % chez les 18 à 24 ans
  • Près du tiers (30 %) des répondants regrettent de ne pas avoir déjà acheté un VE
    • Ce pourcentage grimpe à 36 % en Colombie-Britannique et à 32 % en Ontario
    • 43 % des répondants âgés entre 35 et 44 ans
    • 39 % des répondants qui envisagent d’acheter un VE lors de leur prochaine recherche de véhicule regrettent de ne pas en avoir déjà acheté un
    • Plus de la moitié (52 %) des Canadiens qui ont acheté un VE dernièrement regrettent de ne pas en avoir acheté un plus tôt
  • Près de la moitié (48 %) des répondants déclarent qu’ils « se procureront certainement un VE » parce qu’ils « ne croient pas que les prix du carburant reviendront à la normale, en particulier dans un contexte où les économies délaissent le pétrole et le gaz »
  • Seulement les deux tiers (66 %) des Canadiens indiquent revoir toutes leurs habitudes de conduite pour économiser de l’essence, comme la possibilité de conduire à une vitesse de 90 km/h
  • 72 % des répondants conviennent que les prix actuels de l’essence donnent « la motivation nécessaire » aux constructeurs d’automobiles pour qu’ils « s’empressent de commencer la fabrication d’un plus grand nombre de véhicules électriques »
    • 74 % des répondants en Ontario, en Colombie-Britannique et au Québec sont d’accord avec cet énoncé
    • 81 % de ceux qui prévoient de se procurer un VE lors de leur prochain achat de véhicule sont d’accord avec cet énoncé

Prochain achat

Ce nouveau sondage appuie les conclusions du sondage sur les VE publié plus tôt cette année par KPMG, qui portait sur l’adoption des véhicules électriques et les préoccupations des consommateurs. Ce dernier révélait que 72 % des Canadiens envisagent de se procurer un VE lors de leur prochain achat de véhicule.

(Source-CNW-KPMG du Canada)

Facebook Twitter Reddit