Nouvelle de 18 h > Ça « rentre au poste » sur le boulevard!
Nouvelle de 18 h

Ça « rentre au poste » sur le boulevard!

Un tiers des véhicules roulait 70 km/h et plus lors de notre reportage sur les lieux. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

La vitesse moyenne des automobilistes à l’arrivée d’une section critique du boulevard Saint-Germain, à Rimouski, est clairement trop élevée.

C’est ce qui ressort d’un nouveau reportage réalisé aujourd’hui dans notre série sur les problèmes de circulation à Rimouski.

Habitant dans le secteur rivière-Hâtée, au Bic, depuis juillet, l’auteur de ces lignes a eu l’occasion à de nombreuses reprises de s’interroger sur les habitudes de conduites de certains concitoyens. Il suffit d’activer son régulateur de vitesse à un ou deux kilomètres/heure au-dessus de la vitesse limite permise et de rouler dans la voie de gauche pour constater que tant la limite de 70 km/h que la limite de 50 km/h ne sont pas respectées par la majorité des automobilistes. Et que certains conducteurs très impatients pratiquent l’intimidation au volant en suivant de trop près.

Des preuves? Bien sûr! Le Journal le Soir ne dispose pas d’un radar de type policier pour évaluer la vitesse des véhicules, mais il y en a justement un à l’entrée de la section critique en question, censé inciter les conducteurs à ralentir en affichant leur vitesse. Cette section critique est située devant le concessionnaire Honda, Lamontagne Auto. Il y a d’ailleurs eu un accident devant Lamontagne Auto cet hiver, où une voiture s’est retrouvée dans la vitrine du commerce.

Périlleux

Quand on arrive de l’Ouest, il y a un virage vers la droite où la visibilité est mauvaise, où se trouve justement le panneau/radar lumineux, tout juste avant d’arriver aux feux de circulation situés devant le garage Service Auto Duchesne, à l’angle de la rue Lausanne. Le radar est situé du côté Sud, entre les rues Maurice et Roy, desquelles il est d’ailleurs périlleux de sortir sur les heures de grande circulation, pour ce que nous en avons vu.

C’est justement entre midi 40 et midi 50 que nous nous sommes installés à cet endroit pour prendre note des vitesses affichées.

Moyenne de plus de 60 km/h

Installés à quelques dizaines de pieds du fameux panneau lumineux avec radar, nous avons soigneusement noté la vitesse de 62 véhicules, pour obtenir des résultats dont nous avons retiré certaines observations. Aussi, nous avons tenté de prêter attention à certains détails.

Si l’on considère que l’on doit ralentir à la vitesse prescrite (50 km/h) dès qu’on voit le panneau de limitation de vitesse, la moyenne de vitesse des 62 véhicules à l’arrivée du virage nous semble passablement élevée, à 66 km/h.

« Champions »

Portons une vue d’ensemble aux chiffres notés. On remarque qu’il y a deux « champions » dont la vitesse atteignait 79 km/h en arrivant vis-à-vis le panneau lumineux. Le moins rapide était à 32 km/h. Vingt des 62 conducteurs dont nous avons noté la vitesse roulaient à plus de 70 km/h et 28 à plus de 60 km/h. Ce qui ne nous laisse que 14 véhicules sous les 60 km/h, dont seulement deux à 50 km/h et moins.

Autobus presque embouti

Une seule façon de ralentir le trafic : l’arrêt d’un autobus scolaire. Mais un moyen risqué.

C’est bien ce dont nous avons été témoins, le chauffeur de l’autobus étant le seul qui roulait à moins de 50 km/h en passant le panneau, mais qui devait arrêter tout juste après. Le ralentissement et l’arrêt de cet autobus ont surpris des conducteurs arrivés trop rapidement derrière, qui ont dû freiner en urgence devant nos yeux, évitant de peu quelques collisions. Une situation qui se vit sans doute au quotidien et qui présente un risque à nos yeux.

Virage à droite sur feu rouge

Le secteur est aussi problématique parce qu’il y a un grand flux de circulation arrivant de la rue Lausanne Ouest, des résidents qui proviennent du secteur de la rue Marquis de Vaudreuil et de ses voisines, sur le boulevard. Sur l’heure de pointe, des conducteurs qui effectuent des virages à droite sur feu rouge le font souvent « en prenant une chance », dirions-nous. Le Journal Le Soir se rendra sur les lieux pour y effectuer un reportage à ce sujet, bientôt.

Pour joindre l’auteur de cette chronique, on écrit à pmichaud@journallesoir.ca .

Facebook Twitter Reddit