Culturel > Une nouvelle exposition multiculturelle à l’UQAR
Culturel

Une nouvelle exposition multiculturelle à l’UQAR

L’une des peintures qui devrait être exposée (photo courtoisie)

La galerie d’art Mouvement Desjardins de l’Université du Québec à Rimouski présente, du 1er au 30 novembre, l’exposition « Tisser des liens, femmes autochtones du Nord, femmes autochtones du Sud » du Comité Kassinu Mamu.

Une vingtaine d’objets et de peintures composent cette exposition multiculturelle.

Métal du Golfe_VF

« Ils illustrent le thème choisi dans le but de faire connaître les liens qui existent et ceux à créer par les femmes autochtones du Nord et du Sud avec les femmes d’ici. C’est un peu comme si le quotidien et la tradition s’entremêlent à travers ces expressions artistiques », indique la coordonnatrice aux affaires autochtones et membre du Comité Kassinu Mamu, Marie Émilie Lacroix.

L’exposition

L’exposition « Tisser des liens, femmes autochtones du Nord, femmes autochtones du Sud » met de l’avant des photographies et des peintures de Guitté Hartog.

« Ses œuvres lui servent d’outils relationnels pour unir les femmes du Sud et du Nord lors de ses rencontres sur le terrain. Elle exprime par son art les réalités, les luttes et les aspirations de ces femmes », précise madame Lacroix.

Des peintures réalisées par Josée Laflamme, une Québécoise qui a partagé sa vie pendant 20 ans avec un homme des Premières Nations, seront présentées lors de l’exposition. Mentionnons que Marie Émilie Lacroix exposera elle-même des tableaux et des objets issus de la culture autochtone.

« Ces objets sont des œuvres acquises lors de mon passage dans différentes communautés autochtones au Québec. Ils offrent des moments de beauté et de réflexion », précise-t-elle.

Le Comité

Le Comité Kassinu Mamu réunit des professeures et des professeurs des campus de Lévis et de Rimouski de même que des étudiantes et des étudiants de l’UQAR. « Notre comité a pour mission de faire connaître les cultures autochtones par diverses activités, comme des expositions. En cette ère de guérison, il est important de proposer des occasions de rencontre entre les Autochtones, la communauté universitaire et la population », conclut madame Lacroix.

« Tisser des liens, femmes autochtones du Nord, femmes autochtones du Sud » est présentée du 1er au 30 novembre. La galerie d’art Mouvement Desjardins est ouverte tous les jours de 9 h à 21 h.

Facebook Twitter Reddit