22.02.2020
Nouvelle de 17 h Une première femme à la mairie?

Une première femme à la mairie?

Les élections municipales de 2021 pourraient donner lieu à des surprises pour la course à la mairie de Rimouski et peut-être même à l’élection d’une première femme à la direction politique de la Ville.

La rédaction du journal le soir a appris cette semaine que des gens d’affaires considèrent appuyer la candidature de la conseillère Virginie Proulx, du Bic, à la mairie. Celle-ci en est à deux ans de la fin de son premier mandat, ayant été élue en 2017. Elle a succédé à Marc Parent, maintenant lui-même maire.

« Les gens des médias ne connaissent pas beaucoup Virginie Proulx, mais je peux vous assurer que c’est toute une « tête ». Elle est discrète, mais elle va faire son bout de chemin », nous a dit une personnalité qui veut demeurer anonyme. Tout ça se déroule un peu « sous la couverture » de la « « game» politique », mais on en comprendra que plusieurs, dans le milieu des affaires, préparent le terrain pour « leur » candidat. On nous a encore parlé de la candidature du député fédéral sortant Guy Caron, aussi, dans le cours de la dernière semaine.

Formation impressionnante

Madame Proulx est déjà impliquée en développement régional, à titre de coordonnatrice de la démarche d’attractivité du Collectif régional du Bas-Saint-Laurent. Cette instance est en quelque sorte le successeur de la défunte Conférence régionale des élus (CRÉ). Elle met en œuvre les projets collectifs des MRC et municipalités de la région. Virginie Proulx est « bardée » de diplômes qui lui seraient fort utiles dans le siège de maire : maîtrise en administration publique, doctorat en développement régional et baccalauréat en marketing.

La principale intéressée ne ferme pas la porte, se dit surprise, mais honorée qu’on pense à elle. « Nous sommes encore à deux ans des élections. Je ne suis pas rendue là présentement. Je n’ai même pas encore décidé si je reviendrais comme conseillère. Tout ça est en réflexion mais je suis flattée. Il y a trop d’impondérables et ce sont des questions importantes qui demandent réflexion. Avant d’annoncer quoi que ce soit, il faut que je sois prête. Il n’y a rien de sûr encore. Il arrive plein de choses dans ma carrière et j’ai des jeunes enfants, alors la question est posée un peu trop tôt », commente madame Proulx.

Il y a deux autres femmes au sein du conseil municipal de Rimouski : Jennifer Murray, du district Saint-Germain, et Cécilia Michaud, du district Rimouski-Est. Le nom de l’ancienne candidate libérale aux élections fédérales, Chantal Pilon, circule également comme candidate éventuelle à la mairie mais elle n’est pas disponible pour commenter présentement.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×