19.09.2020
Nouvelle de 19 h Une mobilisation importante est nécessaire

Une mobilisation importante est nécessaire

-Pour les citoyens opposés à l’usine de bitume

Le comité de citoyens opposé au projet d’usine de béton bitumineux dans le district Sacré-Cœur, à Rimouski, a intérêt à se montrer patient et solidaire.

Les mouvements citoyens engagés dans des actions pro-écologie ont enregistré des gains importants ces dernières années. Les citoyens de Rimouski qui refusent une usine de pavage dans leur cour sont en droit d’espérer un dénouement heureux, comme dans le cas du projet de port méthanier de Cacouna et de l’exploitation des gaz de schiste au Québec. La prospection pétrolière est interdite sur Anticosti.

« Dans un dossier qu’on peut mettre en parallèle avec le cas actuel, celui du gaz de schiste, où il devait y avoir aussi des interventions de la Commission de protection du territoire agricole ( CPTAQ ) , nos groupes citoyens ont eu gain de cause. Le dossier du gaz de schiste nous a « pété » dans la face fin 2010 et début 2012, on obtenait des auditions du BAPE. Le tout a débuté quand des citoyens se sont opposés aux forages. Ils ont affirmé « ça ne passera pas chez nous », et finalement, il n’y en a pas eu », indique Benoit Saint-Hilaire de Prospérité sans Pétrole, groupe régional aussi opposé à l’exploitation du gaz de schiste.

Comme à Cacouna, d’étape en étape, le mouvement de départ a gagné des alliés de divers horizons, et le mouvement a grandi pour être enfin suffisamment fort pour obtenir la justice qu’ils convoitaient.

Nouvelle résolution

Au lendemain d’une assemblée qui n’a pas fourni de réponses à toutes leurs questions, les citoyens qui s’opposent à l’installation d’une usine mobile d’asphalte dans leur secteur, près de leurs habitations, sur le chemin de Lausanne, demandent notamment à la Ville d’adopter une nouvelle résolution qui viendra annuler celle confirmant la conformité du projet à la Commission de protection du territoire agricole du Québec ( CPTAQ ).

Ils affirment ne pas être opposés à la production d’asphalte mais veulent qu’elle se fasse plutôt dans le parc industriel, par crainte de perdre en qualité de vie et en sécurité et que leurs propriétés diminuent de valeur.

Audiences publiques

Concernant par ailleurs la question de la légitimité et/ou de la conformité d’une demande d’intervention du Bureau des audiences publiques sur l’environnement ( BAPE ), il y a contradiction.

Malgré ce que les citoyens présents ont entendu, notre interlocuteur d’hier, Martin Poirier, maintient ses dires : avec un appui politique significatif, les contribuables concernés, une cinquantaine, sont en droit de demander d’avoir recours au Bureau des audiences publiques sur l’Environnement. L’assemblée du conseil municipal, lundi, pourrait être encore mouvementée.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×