Gouvernement du Québec
28.11.2020
Actualités «Ils vont m’enlever de la liste!»

«Ils vont m’enlever de la liste!»

-Harold LeBel, en réaction à son titre de député qui défend le mieux son comté

Le député de Rimouski, Harold LeBel, savoure particulièrement son titre de meilleur représentant de sa circonscription octroyé par ses pairs, pour une quatrième année d’affilée.

« Je pense bien qu’ils vont m’enlever de la liste l’an prochain! », blague-t-il, histoire de laisser la chance à d’autres, comme on dit souvent. Plus sérieusement, monsieur LeBel a bien voulu commenter au journal le soir cette reconnaissance, aujourd’hui, à la suite d’un scrutin mené par le quotidien La Presse auprès des élus provinciaux.

Meilleur représentant de son comté, Harold LeBel a également été désigné député doté du « meilleur esprit sportif » et son collègue de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a été choisi parlementaire de l’année et meilleur orateur. Les deux n’en sont pas à leur première élection depuis le début de la consultation de La Presse.

La revanche du « parachuté »

« J’ai aussi obtenu la seconde place pour le parlementaire de l’année derrière Pascal. J’étais bien content et j’en profite pour le féliciter. »

« Le prix de meilleur représentant de sa circonscription, c’est le plus important pour moi. L’authenticité, c’est important. Souvenons-nous de ma première élection, du fait que certains m’avaient traité de « parachuté ». Cette reconnaissance là vient nous montrer que je suis vraiment reconnu à Québec comme le gars qui défend Rimouski. Les gens d’ici le savent, maintenant : quand je suis à Québec, je les défends, je travaille pour mon coin, et pas l’inverse », commente-t-il.

Son projet de loi

Le représentant du comté de Rimouski a beaucoup fait parler de lui la semaine dernière, jusqu’au niveau national, à l’occasion du dépôt de son « bébé » politique, un projet de loi sur la protection des aînés. Il a particulièrement consacré les dernières années de sa carrière politique à la défense des droits des personnes démunies et des aînés.

Le « projet de loi numéro 497 dans le but de renforcer la protection des droits des personnes aînées et de créer la fonction de protecteur des aînés » étendrait aussi la protection contre l’exploitation des personnes handicapées et des personnes aînées sous toutes les formes de maltraitance.

« Le geste provoque déjà une réflexion sur le fait qu’on est rendu là, qu’il faut se donner une organisation pour s’occuper strictement de défendre les droits et de protéger les aînés. Il y a cinq ou 10 ans, on ne croyait pas à cela. On disait que ce n’était pas nécessaire mais aujourd’hui, c’est le cas. Je m’attends à ce qu’il se passe des choses intéressantes à ce chapitre au courant de 2020 », précise monsieur LeBel.

Peu importe la façon

« Soit on pourrait appeler mon projet loi -ce qui serait étonnant vu qu’on n’est pas au gouvernement- soit il se passera quelque chose sur le fond de la question : face au vieillissement de la population, est-ce qu’il n’est pas temps de se doter de quelqu’un qui serait dédié à défendre le droit des aînés? Je pense qu’on va avancer. Je serais étonné que le leader du gouvernement caquiste appelle mon projet de loi, mais ça ne veut pas dire qu’il ne se passera rien. Pour avoir parlé aux ministres concernés, je sais qu’ils sont intéressés sur le fond », estime le député.

« C’est certain que je serais content que le projet de loi soit adopté tel quel, mais je vais m’assurer que si ça ne passe pas par un projet de loi, le poste de Protecteur des aînés soit quand même créé. Ainsi, je serai satisfait et bien heureux », conclut-il.

Par ailleurs, à la suite du colloque « Bien vieillir dans Rimouski-Neigette », monsieur LeBel se réjouit d’avoir rallié de nombreuses personnalités politiques et institutionnelles à l’engagement visant assurer le bien-être des personnes âgées.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×