26.09.2020
Nouvelle de 18 h Des travailleurs « à bout » iront en aider d’autres

Des travailleurs « à bout » iront en aider d’autres

Moyens de pression dans le secteur de la santé et des services sociaux

Des travailleurs de la santé en congé utiliseront de leur temps personnel, cette semaine, pour venir en aide à leurs collègues aux prises avec un surplus de travail.

Étant toujours insatisfaitdes réponses qui lui sont fournies par le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS) au sujet du surcroît de travail pour les employés du réseau, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, SCFP 5007 entame une tournée régionale des établissements, dont les CHSLD (centres hospitaliers de soins de longue durée), dès mardi prochain.

Le SCFP 5007 représente plus de 2000 personnes salariées de la catégorie du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers.

Ridicule de la situation

 « Nos membres sont à bout de souffle, ils ont besoin de renfort et c’est pour ça qu’on vient les voir. On amène même des préposés aux bénéficiaires pour leur donner un petit moment de répit afin de bien démontrer à l’employeur qu’on a besoin de plus de main-d’œuvre », affirme Johanne Campagna, présidente du syndicat.

Des travailleurs qui en ont plein les bottes vont donc volontairement se remettre au travail, en plein congé? « Me semble » que « ça fait drôle », comme on dit, avons-nous souligné à Yanick Proulx, conseiller syndical au SCFP pour le Bas-Saint-Laurent.

 « C’est justement pour bien illustrer le ridicule de la situation qu’on fait cette démonstration. Et cela démontre en même temps toute la solidarité qui nous anime. C’est du renfort moral! Autre illustration : nous allons circuler en tournée avec un rouleau de papier hygiénique vide, sur lequel nos membres pourront écrire un mot à l’intention de leur employeur. Puisqu’ils sont au bout de leur rouleau, qu’ils viennent nous le porter et on se chargera de transmettre le message à l’employeur. Il faut que ça change dans le réseau. »

Dénonciation

Cette tournée fait suite à la dénonciation qui avait été faite au mois de novembre dernier relativement à ce que les syndiqués considèrent être la mauvaise gestion de la pénurie de main-d’œuvre.

Le syndicat est d’ailleurs toujours en attente des réponses de la haute direction du CISSS après avoir tenu une rencontre avec la PDG, Isabelle Malo, en décembre, au cours de laquelle les représentants syndicaux avaient exprimé leurs doléances. « Il y a un point positif, c’est qu’on s’est sentis écoutés et compris avec madame Malo, sauf que dans le concret, on attend toujours des suggestions qui permettront d’améliorer le sort de nos travailleurs », explique monsieur Proulx.

Propositions

Le découragement est tel, selon ce dernier, que sur les 96 derniers postes affichés, 53 n’ont toujours pas trouvé preneur. « On ne met pas de la pression sur le CISSS pour qu’il en mette à son tour sur le gouvernement, on considère que c’est le CISSS notre interlocuteur, parce que c’est lui qui peut agir efficacement et localement. Il faut travailler sur les choses sur lesquelles on a une emprise, un certain contrôle », renchérit Yanick Proulx.

Au lieu de simplement se plaindre, les membres du Syndicat ont des propositions concrètes à déposer.

« Il y a des technicalités un peu compliquées à expliquer mais l’idée générale, c’est qu’on peut utiliser des moyens simples pour augmenter l’attractivité des emplois. Par exemple, il y aurait moyen de ramener des gens qui ont déjà été dans le réseau mais qui en sont sortis, parfois, pour des raisons de contexte. Avant la fusion des établissements, une personne qui quittait son poste à Mont-Joli pouvait se relocaliser à Amqui. Maintenant que le CISSS chapeaute tous les établissements, c’est moins évident. On pense qu’on peut ramener une partie de ces gens là dans le réseau, si l’emploi est valorisé et valorisant. Un simple changement de décor pourrait tout changer », estime le conseiller syndical.

.

Horaire de la tournée

Mardi 21 janvier 2020

10 h

-CH et CHSLD des Basques, Trois-Pistoles
-Centre d’hébergement Marie-Anne-Ouellet, Lac-au-Saumon


13 h 45

-CHSLD Saint-Joseph, Rivière-du-Loup
Hôpital d’Amqui,

Mercredi 22 janvier 2020

10 h

-Centre d’hébergement De Chauffailles, Rivière-du-Loup
-Centre hospitalier de La Mitis

14 h 30

-Centre hospitalier régional du Grand-Portage

15 h CLSC de Rimouski

Jeudi 23 janvier 2020

10 h

-CHSLD de Rivière-Bleue
-CHSLD de Matane,

14 h

-Hôpital de Notre-Dame-du-Lac
-Hôpital de Matane

Vendredi 24 janvier 2020

10 h

-Centre d’hébergement Villa Maria, Saint-Alexandre-de-Kamouraska
-CHSLD de Rimouski

14 h

-Centre d’hébergement D’Anjou de Saint-Pâcome

16 h

-Hôpital régional de Rimouski

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×