Gouvernement du Québec
03.12.2020
Chroniques Ôtez-vous de mon soleil ! COVID-19 : un enjeu moral

COVID-19 : un enjeu moral

Prise de décision et responsabilité morale

La crise du Covid-19 qui sévit actuellement représente un enjeu majeur de santé publique, mais il s’agit aussi d’un enjeu moral important. Et comme dans tout enjeu moral, nous avons affaire à un phénomène très complexe. La tentation devant cette complexité est trop souvent de simplifier et de proposer des solutions simplistes. Ce qui, plus souvent qu’autrement, entraîne plus de problèmes que cela en règle.

Avant que les autorités en viennent à des mesures drastiques, comme des quarantaines forcées de villes renforcées par les forces policières, les mesures préventives dépendent essentiellement de la bonne volonté des individus. Lavage de mains systématique, minimiser les contacts non-nécessaires, tousser dans notre coude, rester à la maison si nous faisons de la fièvre, sont autant de petits gestes qui réduisent fortement les risques de propagation.

Or, qu’est-ce qui nous pousse à faire ou à ne pas faire ces petits gestes qui ne prennent pas beaucoup de notre temps et qui ne sont pas très demandant pour nous ? Contrairement à la pensée qui nous vient de notre héritage occidental, la prise de décision n’est pas un processus complètement conscient. En fait, chaque geste est décidé avant même d’être conscient. Notre conscience n’est qu’un filtre final pour laisser aller le geste ou l’arrêter.

Un petit détour par les neurosciences

L’expérience de Libet (1973)1, du nom du neurophysiologiste américain Benjamin Libet qui en est l’auteur, nous a appris que le libre-arbitre, soit ce que nous croyons être notre pouvoir de prendre des décisions de manière consciente, n’est pas tout à fait ce qu’il semble être. Libet a mesuré le temps entre trois choses : le “potentiel invoqué primaire”, la décision (consciente) et le mouvement. 

L’élément crucial ici est le “potentiel invoqué primaire”. Celui-ci est une excitation de certaines zones cérébrales qui se produisent avant le moment de la décision consciente et, bien entendu, le mouvement suit la décision consciente. Le tout se passe en quelques fractions de seconde, mais l’ordre de ces événements constitue une découverte révolutionnaire. Elle renverse l’idée que le processus de décision, le libre-arbitre, est une décision pleinement consciente.

En effet, l’intention, la décision réelle d’agir, se passe dans l’inconscient et la partie consciente ne consiste seulement qu’à arrêter l’action. Ce qui fait que notre libre-arbitre n’en est pas un d’agir, mais de ne pas agir. C’est à cette même conclusion qu’arrive un autre chercheur en psychologie, Olivier Houdé dans des recherches plus récentes. 

Dans “Apprendre à résister”2, Houdé précise que si nous souhaitons adapter l’éducation à cette découverte, il faut apprendre à résister. Nous possédons trois systèmes pour trouver des solutions à des problèmes : l’heuristique, l’algorithmique et l’inhibition. 

Parlons d’abord des deux premiers. Nous possédons deux systèmes pour prendre des décisions : l’heuristique et l’algorithmique. L’heuristique constitue en quelque sorte le bagage de connaissances à partir duquel nous prenons nos décisions instinctivement. C’est notre moyen rapide, mais pas toujours fiable, de prendre des décisions. 

Dans l’expérience de Libet, nous avions introduit l’idée de “potentiel invoqué primaire”. L’heuristique correspond à l’activation de notre cerveau inconsciente qui se produit avant le processus de décision consciente. Cela dit, pour éviter d’utiliser des termes techniques qui pourraient rendre le tout confus, nous utiliserons dorénavant l’expression “système automatique” puisque c’est quelque chose qui se passe sans qu’on s’en rende compte. 

Le système algorithmique, quant à lui, c’est le système que nous utilisons quand nous analysons systématiquement un problème et que nous nous efforçons de trouver une solution. Il est plus lent, mais plus fiable.

Ensuite, le système d’inhibition est le système qui nous évite de tomber dans certains pièges de notre système heuristique, par exemple la permanence de l’objet chez les enfants. Ce système sert à arrêter notre système heuristique et à enclencher notre système algorithmique. Encore une fois, pour éviter d’être dans un langage technique, nous utiliserons plutôt “système d’arrêt”.

Clément Quintard

Donc, si nous voulons améliorer notre processus de décision, il faut améliorer le bagage de connaissances qui constitue la base de données à partir duquel notre système automatique fonctionne et il faut développer le réflexe d’arrêter ce système au bon moment pour éviter de tomber dans certains pièges “intellectuels”.

L’implication de ces découvertes sur la décision morale 

Ainsi, pour améliorer notre prise de décision, les deux systèmes sur lesquels il est le plus pertinent d’intervenir sont les systèmes automatique et d’arrêt. 

Là où ça se complexifie, c’est qu’il y a un certain nombre de facteurs qui influencent nos décisions morales : nos connaissances générales, notre perception d’un certain phénomène, le caractère moral dudit phénomène, l’importance reconnue de la situation morale, nos intérêts, nos croyances, nos valeurs, etc. En d’autres mots, il y a les données à partir desquelles notre système automatique fonctionne et il y a notre lecture de la situation morale en question.

Dans le cas du Covid-19, force est de constater qu’il existe actuellement plusieurs éléments qui viennent brouiller les cartes. L’indicateur : la gamme des réactions passent de la panique à un profond scepticisme. Ce qui est troublant si ce virus s’avère réellement dangereux puisque ces deux extrêmes ont le potentiel d’empirer significativement l’état de crise.

Pourquoi les gens réagissent-ils de la sorte ? D’une part, de plus en plus les gens sont plutôt sceptiques, voire cyniques, envers les classes dirigeantes. L’écart est déjà profond entre les dirigeants et les citoyens. 

Le mouvement de “gilets jaunes”, l’élection de Donald Trump se posant en “ennemi” du système aux États-Unis, la crise ferroviaire du mois dernier, constituent des symptômes du sentiment de la population que les structures démocratiques actuelle l’excluent du pouvoir sur des dimensions importantes de son existence. 

Cela est propice à une remise en question quasi-systématique de tout message délivré par les autorités. C’est propice aussi à l’émergence de théories du complot ou à leurs dérivées. On a par exemple entendu que cette crise était une tentative des Américains de nuire à l’économie chinoise.3

D’autre part, le courant de panique n’est probablement pas accidentel, dans le sens où les médias ont développé une tendance lourde à jouer dans le sensationnalisme. L’information nuancée, appuyée sur des faits et sur la science n’est pas toujours au rendez-vous, ce qui peut induire chez certains un fort sentiment de panique. On l’a vu entre autres dans les incidents du Costco de Laval au cours de la fin de semaine dernière.4

La “surabondance” d’informations et de sources pas toujours fiables, notamment en raison des réseaux sociaux et de la multiplication des blogues d’opinion, rend difficile le processus de décision. C’est le phénomène de la tempête d’informations qui se produit. Très pratique chez les vendeurs pour amener le client à prendre une décision sur la base de ses sentiments plutôt qu’avec sa raison par une surcharge d’informations, ce n’est pas nécessairement une bonne pratique quand nous faisons face à un enjeu majeur.

Par exemple, toutes les comparaisons avec d’autres virus, notamment la grippe saisonnière, sont réalisées sur deux plans différents. On compare souvent les chiffres annuels présentant le nombre de morts et le nombre de cas annuels de la grippe saisonnière avec ceux du Covid-19 actuellement. L’échelle de temps n’étant pas la même, la comparaison ne tient pas la route. L’enjeu étant plutôt le taux de mortalité et le taux de propagation du virus. Le Covid-19 est environ de 5 à 10 fois plus mortel que la grippe saisonnière et le taux de contagion deux fois plus élevé, selon les données actuelles.5

Autrement dit, pour éviter que le coronavirus fasse plus de victimes que la grippe saisonnière, il faut empêcher que le nombre absolu de personnes infectées dépasse le 1/10 de personnes infectées pas la grippe saisonnière. C’est un problème mathématique, essentiellement. Comme il se propage deux fois plus facilement, il faudrait donc aussi prendre plus de précaution qu’avec la grippe saisonnière et, ce, sans certains outils puisqu’il n’existe pas encore de vaccin ou de traitements spécifiques.

Une autre dimension importante, c’est la force avec laquelle frappe le virus Covid-19. Pour 80% des gens, ce virus n’est pas vraiment dangereux. En fait, pour environ 96,5% à 99,3% des gens, ce n’est pas une question de vie ou de mort.6 Par contre, pour les personnes fragilisées, le risque est plus grand. Or, il est reconnu moralement que nous avons une forte tendance à moins accorder d’importance à ce qui nous touche de loin qu’à ce qui nous touche de plus près. Donc, moins nous avons de contacts avec des personnes fragilisées, moins nous devrions ressentir une responsabilité morale face au mesures de prévention face au virus.

Et c’est là le coeur du problème : est-ce la même chose de ressentir une responsabilité morale et avoir une responsabilité morale ? Ne serait-ce pas un de ces pièges que nous tend notre système automatique et qui demande une intervention de notre système d’arrêt ? Dans la réflexion morale, il est largement reconnu que notre responsabilité morale dépend de notre capacité d’agir sur un problème. Dans le cas qui nous occupe, les autorités de santé publique, la classe politique et la communauté médicale possèdent donc une plus grande responsabilité que les individus. 

Toutefois, est-ce que les individus n’ont aucun pouvoir sur la situation ? Il est reconnu que certaines mesures d’hygiène plutôt simples représentent des moyens efficaces pour diminuer, voire endiguer l’épidémie.7 Cela représente un autre aspect de la responsabilité morale : le caractère raisonnable de l’exigence envers l’individu. Autrement dit, si pour agir nous demandons à un individu quelque chose de déraisonnable, celui-ci ne peut être tenu responsable des conséquences de son inaction. Toutefois, il deviendra responsable moralement des conséquences de son action si ce qui lui est exigé est raisonnable.

En bref

Les moments de crise ne sont souvent pas des moments de réflexion. Ceci dit, rien ne nous empêche de le faire et il me semble qu’au contraire cela constitue souvent un moment significatif qui rend pertinente cette réflexion. Les prochaines semaines risquent d’être historiques en termes d’impacts sur notre quotidien. Peut-être que nous pouvons éviter certains extrêmes en ayant une meilleure base sur laquelle prendre nos décisions. Pour cela, il faut s’efforcer de fournir les meilleures informations disponibles à notre système automatique et s’exercer à utiliser plus systématiquement notre système d’arrêt. Il faut toujours avoir à l’esprit notre niveau de responsabilité tant dans le problème que dans la solution.

Références

  1. Pour en savoir plus sur l’expérience de Libet, je vous recommande de lire la section intitulée “Francfort-sur-le-main – L’expérience de libet, puis-je vouloir ce que je veux ?” dans : Precht, Richard David. “Qui suis-je et, si je suis, combien ?”, Belfond, 2010, p.145-155. Cet ouvrage est un bon exercice de vulgarisation à la fois des sciences cognitives et de la philosophie.
  2. Houdé, Olivier. “Apprendre à résister”, Éditions Le pommier, 2014, 93 pages.
  3. Agence France presse, “ Washington convoque l’ambassadeur de Chine après qu’un responsable chinois a relayé une théorie du complot sur le coronavirus”, Journal de Montréal, https://www.journaldemontreal.com/2020/03/13/washington-convoque-lambassadeur-de-chine-apres-quun-responsable-chinois-a-relaye-une-theorie-du-complot-sur-le-coronavirus, consulté le 2020-03-17.
  4. Poirier, Yves. “Situation chaotique au Costco de Laval”, TVA Nouvelles, https://www.tvanouvelles.ca/2020/03/13/situation-chaotique-au-costco-de-laval, consulté le 2020-03-17.
  5. Labelle, Alain. “COVID-19, SRAS et grippe espagnole : comprendre pour comparer”, Radio-Canada, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1648395/covid-19-maladies-infectieuses-contagion-letalite-guy-boivin, consulté le 2020-03-11.
  6. Information is beautiful, https://informationisbeautiful.net/visualizations/covid-19-coronavirus-infographic-datapack/, consulté le 2020-03-17.
  7. Coronavirus (COVID-19), Quebec.ca, Section sur les consignes sanitaires, https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/#c 46341, consulté le 2020-03-17.
Je suis enseignant en philosophie au Cégep de Rimouski. Je me considère comme un vulgarisateur de cette discipline et j'ai à coeur que l'exercice philosophique soit accessible à tous. Je m'intéresse plus particulièrement aux enjeux liés à la citoyenneté, à la démocratie, à l'éducation. Je suis plus un généraliste qu'un spécialiste et j'adore apprendre, explorer l'inconnu. Le fonctionnement du cerveau est pour moi une fascination et j'apprécie énormément les liens que nous pouvons faire dans ce domaine entre la science et la philosophie.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×