28.10.2020
COVID-19 Le déconfinement par région fait partie des scénarios du premier ministre

Le déconfinement par région fait partie des scénarios du premier ministre

Le premier ministre du Québec, François Legault, en rajoute dans le débat entourant le déconfinement éventuel de régions comme le Bas-Saint-Laurent.

Peu avant son point de presse de 13 h, le premier ministre a émis un commentaire sur son fil Twitter, indiquant qu’« on (Québec) a besoin de temps pour acquérir la conviction que la contagion est assez sous contrôle pour commencer à rouvrir l’économie prudemment, en accord avec la santé publique. »

Ce qui laisse entendre, comme le mentionnaient le maire de Rimouski, Marc Parent, et le préfet de la Municipalité régionale de comté (MRC), Francis Saint-Pierre dans un texte publié ce midi, que la seule et unique décision reviendrait aux autorités sanitaires.

Ce, même s’ils éprouvent tous les deux des sentiments mitigés, car messieurs Parent et Saint-Pierre se préoccupent par ailleurs de l’urgence de lancer la reprise économique.

De plus, une question à ce propos, concernant spécifiquement le déconfinement des régions, a été posée à monsieur Legault après son adresse quotidienne. Il a alors ouvert un peu plus la porte.

Fait partie des scénarios

« Ça fait partie des scénarios examinés, de commencer par certaines régions. Mais il n’y a rien encore de décidé. On veut s’assurer pendant encore un certain nombre de jours que la situation reste stable au plan sanitaire. Pour être clair, je n’ai pas encore tout-à-fait le « ok » du Dr Arruda (Horracio, directeur national de la Santé publique). Mais oui, parmi ces scénarios, il y a une possibilité que les écoles, les entreprises et garderies de certaines régions soient rouvertes avant les autres. »

Écoles et garderies

Le retour à l’école n’attendra pas septembre, a prévenu monsieur Legault.

« La situation de la propagation est quand même stable. On est en train de regarder comment on va rouvrir, graduellement, l’économie, les écoles, les services de garde. Mais le mot important, c’est graduel. Il faut attendre de la stabilité. Je veux parler des écoles et des garderies plus particulièrement. Si on parle strictement du côté santé, ce ne serait pas une bonne idée d’attendre à septembre pour retourner un million d’enfants dans les écoles, en même temps », a déclaré François Legault.

Il y aurait « des risques d’une contagion des parents; beaucoup de gens se retrouverait aux mêmes endroits, en même temps, avec une deuxième vague de COVID-19. Ce qu’on regarde c’est une réouverture graduelle, dans les prochaines semaines et les prochains mois, de l’économie, des écoles et des garderies. Je consulte mon caucus de 76 députés et j’ai parlé aux trois chefs d’opposition qui vont, eux aussi, un et l’autre, consulter leurs députés. Notre priorité à tous, c’est la santé. Je veux qu’on protège nos enfants. »

Le cap des 1 000 décès

Le premier ministre Legault a confirmé à 13 h que la situation dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Par ailleurs, le bilan franchit un autre cap important, avec un total de 1041 morts, en raison de 102 nouveaux décès dus au coronavirus. Il y a 20 126 cas confirmés de personnes atteintes de la COVID-19, soit 807 de plus qu’hier. Il y a 1 224 personnes hospitalisées (plus 55) et 210 personnes aux soins intensifs (plus 3).

Résidences

« Le grand défi reste dans nos résidences pour les aînés. Sur les 1 041 décès jusqu’à présent, 850 provenaient des résidences pour aînés. Bien sûr, certains ont été transportés à l’hôpital dans les dernières heures mais c’était bien leur provenance. Il est important d’expliquer la situation dans les 2 600 résidences. Sur celles-ci, 2 300 n’ont aucun cas de COVD-19. Parmi les 300 qui comptent au moins un cas, on calcule que dans 220 d’entre elles, la situation est sous contrôle. Il nous reste donc 80 résidences (privées ou non) où la situation est plus difficile, où la surveillance doit être plus attentive », précise monsieur Legault.

Personnel

Pour ce qui est du personnel médical et infirmier, bonne nouvelle : « Pour ce qui est des 2 000 employés qui manquaient (pour bien desservir les besoins dans les CHSLD), on a eu, hier, des médecins spécialistes et généralistes, des infirmières, des préposés aux bénéficiaires et des étudiants qui ont confirmé leur présence, en grande partie à temps plein. On a comblé 1 000 des 2 000 postes et on a confiance que d’ici demain on sera en mesure de combler les 1 000 autres manquants. »

Dans la région

Le bilan quotidien du Centre intégré de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent et de la Direction régionale de la santé publique marque une 11e journée consécutive sans cas dans la région.

Veuillez noter que la situation demeure inchangée pour le Bas-Saint-Laurent aujourd’hui.

Aucun nouveau cas, donc 34 au total.

La Matapédia : moins de 5

La Matanie : moins de 5

La Mitis : moins de 5

Rimouski-Neigette : 5

Les Basques : moins de 5

Rivière-du-Loup : 21

Témiscouata : 5

Kamouraska : moins de 5

Bas-Saint-Laurent : 34

On compte 29 cas guéris au Bas-Saint-Laurent en date du 20 avril, 18 h.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×