20.10.2020
Nouvelle de 18 h Tant que la cathédrale sera un lieu de culte, la Ville n’interviendra...

Tant que la cathédrale sera un lieu de culte, la Ville n’interviendra pas

Le maire de Rimouski, Marc Parent, a été interpellé par des citoyens, hier soir, concernant son absence d’une activité jugée importante pour les défenseurs de la cathédrale de Rimouski, la semaine dernière.

Le Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale et la Fabrique Saint-Germain ont tenu une grande conférence de presse-événement au sein même de la cathédrale, mercredi dernier. On y a dévoilé les conclusions d’un carnet de santé qui révèle que les coûts des réparations urgentes sont moins élevés que prévu, de même que les travaux de restauration à plus long terme.

Le journal le soir a demandé au maire Parent s’il croit ou non que les Rimouskois veulent une implication de la Ville dans ce dossier.

« Ce qui s’est produit la semaine dernière, c’était le dépôt d’un carnet de santé, pas d’un projet. Je pense que c’est une excellente nouvelle d’apprendre, de la part de cet ingénieur (Marcel LeBlanc), que l’état de la cathédrale n’est pas aussi dramatique que ce qui avait été véhiculé initialement. C’est une bonne nouvelle, mais pour que la Ville de Rimouski s’implique dans la cathédrale, ça prend un projet et il n’y a pas de projet », déclare monsieur Parent.

Le maire, Marc Parent (Photo: capture d’écran)

Moyens

Mais est-ce que la Ville ne pourrait pas au moins mettre ses moyens à contribution, notamment son Service des communications, pour appuyer une éventuelle campagne de financement en vue de travaux de restauration ?

 « Légalement, la Ville ne peut pas contribuer financièrement à la réfection d’un lieu de culte. Présentement, les gens qui ont déposé le carnet de santé désirent maintenir le culte, dans son intégralité, à la cathédrale. Les Villes, au Québec, ne peuvent pas contribuer, de quelque façon que ce soit, au financement de travaux pour un lieu de culte. Le maintien de la sacralisation est un obstacle et il n’y a aucun projet sur la table impliquant la Ville de Rimouski, présentement », soutient monsieur le maire, tout en reconnaissant que ce dossier est une affaire de patrimoine et non seulement de religion.

Un citoyen et auteur intéressé par le sort de la cathédrale de Rimouski, Gilles Lechasseur, nous a fait suivre les commentaires suivants :

« Le mercredi, 12 août, dans la cathédrale Saint-Germain de Rimouski, c’est avec une grande clarté dans un langage compréhensible, avec l’autorité de la connaissance et de la compétence, que l’expert Marcel Leblanc, ingénieur, nous a livré les conclusions de son évaluation de l’état de santé de la cathédrale de Rimouski. La vieille dame de plus de 150 ans conserve une très bonne forme et sa longévité accompagnera les générations à venir. »

La cathédrale aurait pu demeurer accessible aux fidèles selon le rapport présenté. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Chassé)

La cathédrale n’aurait pas dû être fermée

« L’église qui n’aurait pas dû être fermée pourra rapidement être rouverte moyennant certains travaux à coûts raisonnables, suivis d’autres travaux nécessaires, et qui étaient prévisibles, ne dépassant pas au total 2,3 M$. Il est à souhaiter que la Fabrique Saint-Germain passe rapidement à l’action pour réunir les ressources matérielles et financières afin d’en redonner l’accès aux fidèles, à ceux qui aiment se retrouver dans un lieu propice à la méditation, aux fans du patrimoine, aux mordus de culture, aux amateurs d’activités communautaires, aux gens de passage, bref, à ceux qui veulent se retrouver dans un espace de ressourcement spirituel, culturel et communautaire. »

L’évêque

« Il eut été très souhaitable que l’évêque soit présent à cette rencontre dont l’objet était sa cathédrale. Seule une raison très personnelle pouvait autoriser son absence. Son statut dans la hiérarchie imposait sa présence. On comprend mal qu’il n’ait pas délégué le vicaire général pour le remplacer dans la logique ecclésiale. »

Absence

« Le maire, également, était absent. On comprend mal. Comment la Ville de Rimouski pouvait-elle briller par son absence alors que la cathédrale est à la fois sa bâtisse patrimoniale la plus éloquente et sa signature tout comme  la cathédrale Notre Dame  l’est pour Paris? Le député Harold Lebel, n’y était pas non plus. Heureusement, Maxime  Blanchette-Joncas sauva l’honneur de la députation rimouskoise. »

« Ne pouvant pas être contre la vertu, il faut remercier grandement le travail acharné des marguillers de la Fabrique Saint-Germain ainsi que le dévouement, la persévérance et la grande générosité du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale qui ont permis la réouverture  momentanée de la cathédrale et nous offrir, par surcroit comme hors d’œuvre, la sonorité des grandes orques sous les doigts de l’excellente titulaire, Josée April et de son  très doué élève Noah Dumais, âgé de 10 ans. »

Gérance honnête

« J’espère ardemment que les Rimouskois et les diocésains encourageront généreusement la Fabrique et le Regroupement par des contributions financières, déductibles d’impôt. La confiance qu’ils inspirent nous assure d’une gérance transparente et honnête. Force est de rappeler à l’évêché de contribuer substantiellement avec l’argent que les générations lui ont confié. Une occasion rêvée de remettre en circulation le million de dollars excédentaire de la réfection de l’archevêché. On attend également des contributions importantes des divers paliers de gouvernements. Ensemble, sauvons notre patrimoine qui témoigne et témoignera du labeur des ancêtres et de leur merveilleux esprit communautaire. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×