28.10.2020
Nouvelle de 17 h La Ville va élaborer un plan global sur les limites de vitesse

La Ville va élaborer un plan global sur les limites de vitesse

Circulation automobile à Rimouski

La Ville de Rimouski donne suite à l’intervention de membres du comité citoyen ICI Saint-Robert, survenue il y a un mois, qui demandait que la vitesse maximale soit réduite à 30 km/h dans leur quartier.

Le maire, Marc Parent, précise cependant que l’administration municipale n’a pas décidé d’imposer cette limitation de vitesse tel que demandé dans un seul district, mais plutôt de travailler plus en profondeur en mettant sur pied une stratégie globale pour les rues de la ville qui seraient problématiques.

Selon le comité, il existe des problèmes de circulation importants dans ce quartier résidentiel, dus à certaines particularités, comme la présence de quatre institutions scolaires, de beaucoup de transport en ce sens, du complexe sportif et de plusieurs commerces très fréquentés dans un périmètre restreint. C’est ce qui motivait notamment les citoyens concernés. Un porte-parole d’ICI Saint-Robert a souligné qu’il y a eu deux décès de piétons au cours des trois dernières années.

L’ex-conseillère du district, Claire Dubé, avait recommandé que la zone où la limite serait réduite soit celle comprise dans le quadrilatère incluant le boulevard Arthur-Buies, la rue Notre-Dame, la rue Potvin et l’avenue Sirois. On rappelait également que l’école L’Aquarelle est située face à un commerce qui suscite beaucoup de va-et-vient, l’épicerie Malenfant, sur l’avenue Sirois.

Nouveau pavage et sentiment de sécurité

« C’est (la vitesse) une grande préoccupation. À presque toutes les assemblées publiques du conseil il se présente des citoyens et des citoyennes qui viennent faire des commentaires sur la vitesse dans les rues de Rimouski. Ce soir, en comité plénier, le conseil municipal pris connaissance des résultats de deux projets pilotes, à Sainte-Blandine, sur la rue Frontenac, et au Bic, sur la rue Sainte-Cécile. À notre grande surprise, sur la rue Frontenac, la vitesse réelle, après que la vitesse limite eut été baissée à 40 km/h, a augmenté (par rapport aux observations précédentes). Ça nous dit que c’est une multitude de facteurs qui rentrent en ligne de compte, en plus de la vitesse affichée. Dans le cas de la rue Frontenac, on a compris que c’était en raison d’un nouveau pavage que les gens ont décidé de rouler plus vie, sans doute en raison d’un sentiment de sécurité accru », révèle monsieur Parent.

Le maire Marc Parent. (Photo: capture d’écran)

Retour à la vitesse précédente

« Au Bic, on s’est rendu compte que plus le temps passait, plus les anciennes habitudes de vitesses revenaient. Ce sont donc de nombreux aspects qui doivent être pris en considération pour rendre les rues de la ville plus sécuritaires. Le mandat qu’on a donné à l’administration municipale, ce soir, c’est de déposer dans les prochaines semaines diverses options, avec des échéances et des processus qui vont pouvoir être appliquées le plus rapidement possible des mesures d’atténuation de vitesse, dans des secteurs spécifiques et plus « accidentogènes », qui présentent les plus grands risques pour la population. Nous partagerons ces informations avec le public », poursuit monsieur Parent.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×