Nouvelle de 17 h Cathédrale : «La Ville s’est assuré de la protection des citoyens»

Cathédrale : «La Ville s’est assuré de la protection des citoyens»

Le maire Parent répond au message de la Fabrique

Le maire de Rimouski, Marc Parent, dévoile la réponse de la Ville adressée à la procureure de la Fabrique Saint-Germain, Sophie Noël, concernant les interventions des employés municipaux au sujet de la cathédrale de Rimouski.

La semaine dernière, le journal dévoilait un message courriel de Me Noël transmis à la Ville, qui demandait que des employés municipaux se montrent mieux informés sur l’état de la cathédrale dans leurs communications.



Une cérémonie de Pâques devait avoir lieu à la cathédrale, mais elle aurait été annulée en raison de mises en garde de la Ville concernant la sécurité de l’édifice. La cathédrale est fermée depuis plus de six ans et la Fabrique Saint-Germain tente d’y tenir des activités, car un carnet de santé qu’elle a fait réaliser l’été dernier confirme que l’endroit est sécuritaire.

« Nous avons pris connaissance de différentes situations qui apparaissent surprenantes, dont notamment des interventions de votre Service incendie ou encore une possible intervention de la Régie du bâtiment, alors qu’un ingénieur émérite a expertisé la cathédrale, lequel soit dit avec respect pour les interventions de la Ville, jouit d’une réputation et d’une compétence remarquables. Pouvez-vous nous revenir à ce sujet et nous expliquer sur quelles normes ou expertises sont basées cette intervention et à la demande de qui exactement ? », écrivait maître Noël. « Il y a de l’exagération et il me semble que les citoyens de Rimouski devraient s’interroger », a ajouté celle-ci, dans un commentaire complémentaire.


Messe de Pâques

L’auteur de ces lignes a demandé au maire Parent, hier soir, après l’assemblée ordinaire du conseil municipal, si la Ville avait répondu à Me Noël et ce que contenait cette réponse.



« Il y a effectivement eu une réponse. L’enjeu était de permettre l’accès à la cathédrale pour une cérémonie pascale, avec un certain nombre de personnes. Ma compréhension, c’est que des accommodements avaient été faits pour permettre la tenue d’un événement avec un nombre limité de personnes, très limité. Il y a eu, semblerait-il, par la suite une demande pour que le nombre de participants à l’événement soit augmenté. Les accommodements qui avaient été mis en place et acceptés par le Service des incendies n’étaient plus viables, compte tenu de l’ampleur que ça avait pris », exprime monsieur Parent.

Mandat du Service de sécurité incendie


« C’est purement et simplement une question d’assurer la protection des citoyens et c’est le mandat qui est donné au Service de sécurité incendie. Il a appliqué les règles qui s’appliquent dans ce genre d’événement et dans ce genre d’édifice. Ça inclut notamment la nécessité d’avoir un système de gicleurs fonctionnel. Étant donné qu’on demandait une quantité plus importante de gens, ce n’était absolument plus possible de permettre ces accommodements-là de façon sécuritaire », poursuit Marc Parent.

Rapprochement

Par ailleurs, monsieur Parent a été invité à commenter le rapprochement qui semble s’être effectué la semaine dernière, entre l’archevêque, Denis Grondin, et la Fabrique Saint-Germain, par le biais d’un comité mené par Pierre-Paul D’Anjou qui a agi comme conciliateur.

 « C’est une bonne nouvelle. On va regarder ce qui se passe par la suite. C’est heureux de voir qu’il y a un rapprochement », s’est-il limité à dire.

Rappelons que le comité a rencontré plusieurs parties impliquées dans le dossier de la cathédrale, mais pas la Ville de Rimouski.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×