Chroniques Sport et société « La force des jeunes », version Canadien de Montréal!

« La force des jeunes », version Canadien de Montréal!

L’équipe de marketing des Nordiques de Québec, lors de la saison 1990-1991, avait trouvé un slogan pour tenter de réconforter leurs partisans: « La force des jeunes ».

C’était une façon de rassurer les amateurs en leur disant que même si le club connaissait beaucoup de difficultés, le meilleur était à venir. On peut utiliser ce même slogan pour le Canadien cette année, même si les hommes de Dominique Ducharme sont à seulement une victoire d’accéder à la finale.



Nick Suzuki a connu un match grandiose de trois points face à l’équipe qui l’a repêché. Certains fans à Las Vegas aimeraient sûrement le voir dans leur équipe ces jours-ci. Jesperi Kotkaniemi, un mal-aimé durant la saison, a donné le ton en marquant le premier but, son cinquième des présentes séries. Ses neuf buts en séries en carrière avant l’âge de 21 ans lui permettent d’inscrire son nom à côté du légendaire Wayne Gretzky et de l’infatigable Sidney Crosy.

Cole Caufield a encore prouvé qu’il a un tir des ligues majeures avec un but foudroyant. Regardez les chandails que portent les partisans dans la foule et vous en verrez déjà plusieurs avec le numéro 22. Et ça ne fait que commencer pour ces trois jeunes hommes! Peu importe ce qui arrivera dans les prochains jours, on peut être optimiste pour les prochaines années.


Des vétérans qui se « donnent » à fond!

Les jeunes sont bien appuyés par des vétérans qui se donnent à part entière pour le succès de l’équipe. Avec son but hier, le vénérable Eric Staal a inscrit son huitième point des séries, ce que personne n’aurait osé prédire il y a quelques mois de ça. Corey Perry effectue toujours une importante besogne pour le Tricolore en dérangeant l’adversaire devant le filet. Même s’il n’est plus aussi redoutable lors de l’avantage numérique, Shea Weber est le coeur d’un désavantage numérique parfait jusqu’à présent contre les Golden Knights. Et que dire de sur Carey Price? Je suis à court d’adjectifs à son sujet.



L’excuse?

J’imagine que les détracteurs du Canadien sont à court d’excuses en ce moment. La défaite des Leafs en première ronde était simplement explicable par la blessure de John Tavares, disaient-ils. Le Canadien avait réussi à battre Winnipeg parce que c’était un club surévalué, apparemment. C’est quoi l’excuse pour Las Vegas, maintenant?


En zone… bleu-blanc-rouge!

Certes, la série n’est pas encore terminée, mais qui avait osé prédire que le Canadien serait capable de gagner trois matches dans cette série? Certainement pas moi, qui avais prédit Vegas en six! On mettra la table pour le match numéro six dans ma chronique de demain, mais on peut déjà affirmer que c’est le plus gros match du Canadien depuis 1993. Le Québec est maintenant en zone verte, mais demain, la province sera en zone bleu-blanc-rouge.

Diplômé en études littéraires et œuvrant en enseignement, Dave Gagnon est un véritable passionné de sport. Mordu de statistiques et de faits insolites, il veut communiquer sa passion en portant un regard critique sur le monde du sport. Chroniqueur pendant quatre ans pour divers hebdomadaires dans le passé, il espère aujourd'hui intéresser les lecteurs du journal le soir aux complexités de l'univers sportif.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×