Chroniques Sport et société Un (petit) miracle sur quatre

Un (petit) miracle sur quatre

Croyez-vous aux miracles? Cette phrase du commentateur sportif Al Michaels durant l’improbable victoire des Américains contre les Russes à la finale de hockey des Olympiques de Lake Placid, en 1980, s’applique à la situation actuelle des Canadiens de Montréal.

Ce serait un miracle si les Canadiens surmontaient le déficit de 0-3 pour gagner la coupe Stanley.



Certaines mauvaises langues disent même que ça prendrait un miracle pour que l’équipe remporte ne serait-ce qu’un seul match sur les quatre nécessaires pour mériter le championnat. Est-ce que ces sceptiques seront confondus lors du match de ce soir? Une chose est certaine, la tâche sera colossale devant des adversaires prêts à sabrer le champagne dès ce soir.

Ce serait évidemment un coup dur pour le Tricolore de se faire balayer sur sa propre patinoire. Le dernier balayage en finale de la coupe Stanley remonte à la fin des années 1990. Même si c’est déjà un exploit pour la troupe de Dominique Ducharme d’être en finale, et que l’équipe n’aurait pas à avoir honte d’avoir été battue par une équipe plus forte qu’elle, elle voudra assurément éviter cet affront.


Ajustement des forces

Or, c’est à se demander comment ce sera possible de renverser la tendance. Si on se fie à l’entraînement d’hier, on peut s’attendre à la présence d’Alexander Romanov dans l’alignement. C’est un changement souhaité, mais on ne peut pas parler d’un électrochoc, considérant que la recrue russe sera probablement peu utilisée lors de la rencontre.



L’autre changement est un ajustement des forces en présence sur l’avantage numérique. Est-ce que ce sera suffisant pour rallonger la série d’un ou deux matches? Permettez-moi d’en douter.

La confiance


Il est évident que Ducharme a encore confiance dans son alignement. On verra si la suite des choses lui donne raison. Cependant, si on se fie au dernier match, ce ne sont pas quelques changements superficiels qui vont effrayer le Lightning. Les hommes de Jon Cooper respirent la sérénité. Tout leur sourit.

Grandes occasions

J’ai été heureux de voir Phillip Danault s’inscrire à la feuille de pointage lors du troisième match. Ça n’aura pas été suffisant pour gagner, mais c’était important que son trio contribue un tant soit peu à l’attaque. Maintenant, on aimerait bien voir Tyler Toffoli sortir de sa torpeur. Il a été un marqueur dangereux toute la saison et il a compté de gros buts en séries aussi, avant la finale. On aura besoin de lui si on veut remporter la victoire ce soir. Il faut qu’il redevienne le joueur des grandes occasions.

Manque de respect

On termine cette chronique sur une déclaration surprenante de la mairesse de Tampa Bay qui a affirmé souhaiter une défaite du Lightning, ce soir, afin que l’équipe puisse gagner la coupe Stanley à domicile. Même si c’est vrai que seulement une équipe a été capable de remporter la finale après un déficit de 0-3, ça reste un manque de respect pour les Canadiens.

Une victoire du Tricolore ce soir ne serait pas la fin du monde pour le Lightning, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver dans l’imprévisible monde du sport. J’imagine que la mairesse de Tampa Bay n’est pas du genre à croire aux miracles.

Diplômé en études littéraires et œuvrant en enseignement, Dave Gagnon est un véritable passionné de sport. Mordu de statistiques et de faits insolites, il veut communiquer sa passion en portant un regard critique sur le monde du sport. Chroniqueur pendant quatre ans pour divers hebdomadaires dans le passé, il espère aujourd'hui intéresser les lecteurs du journal le soir aux complexités de l'univers sportif.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×