Nouvelle de 18 h > Jean Brisson vit des moments difficiles
Nouvelle de 18 h

Jean Brisson vit des moments difficiles

Mais pas question de retirer son émission des ondes de CFYX
Jean Brisson, très heureux de se retrouver derrière une console radio. (Photo: courtoisie)

L’animateur radiophonique Jean Brisson, 90 ans, vit des moments difficiles sur le plan familial, au point où il a envisagé d’abandonner son émission à CFYX, 93,3, ce qui ne sera pas le cas selon la direction de l’entreprise.

Monsieur Brisson craignait, la semaine dernière, devoir quitter son émission pour des raisons familiales. « Mon gendre, Yves, le mari de ma fille Katia, a décidé de recourir à l’aide médicale à mourir à cause de la SLA (NDLR : sclérose latérale amyotrophique), une maladie dégénérative. Il nous quittera bientôt » a expliqué monsieur Brisson sur son compte Facebook, hier.

Maladie de Lou Gehrig

La SLA est la fameuse « Maladie de Lou-Gehrig ». Ce joueur de baseball des Yankees de New York parmi les meilleurs de l’histoire des ligues majeures a vu sa carrière être interrompue brusquement en 1939. De la fin d’une saison au début du camp d’entraînement, ses habiletés s’étaient détériorées d’une manière inexplicable. Il a par la suite, lors d’un hommage, livré un discours resté mémorable aux États-Unis.

La semaine dernière, monsieur Brisson a fait connaître à l’auteur de ces lignes, dans une conversation n’étant pas pour publication, son inquiétude quant à sa capacité de poursuivre l’aventure amorcée le 4 septembre dernier en raison de cette situation familiale.

Retour attendu

Après une carrière de quelque 70 ans dans le monde des communications et de l’animation, Jean Brisson a renoué avec sa passion, l’animation radiophonique, alors qu’il s’en était retiré depuis une vingtaine d’années. Les réactions ont été très positives lors de cette annonce, surtout pour ceux qui l’ont suivi à CJBR radio, d’abord, et à CFLP, ensuite, dans les années 1960, 1970 et dans les années 1990. Lors de la décennie ’80, monsieur Brisson a été directeur des événements spéciaux de l’Agence spatiale canadienne.

Toujours en forme, Jean Brisson semblait heureux de retrouver « son bocal », là où il est comme un poisson dans l’eau, avant d’apprendre cette triste nouvelle. Ses nombreux admirateurs, qui avaient réagi nombreux à l’annonce de son retour, auraient sans doute été déçus d’apprendre la fin de son émission.

Jean Brisson alors qu’il signait son entente avec CFYX, en compagnie d’Olivier Therriault, fin août dernier. (Photo: courtoisie)

Pas question!

« Il n’est pas question que Jean interrompe sa collaboration avec nous ni que son émission soit retirée de l’horaire. Son gendre va décéder d’un jour à l’autre et Jean devra se déplacer pour réconforter sa fille lors des funérailles, ce qui est tout-à-fait normal. Nous lui avons cependant dit que nous pourrions nous ajuster, techniquement parlant, et enregistrer l’émission pour sa prochaine diffusion, le samedi. Nous pouvons toujours le faire lorsque la situation l’exige. Il faut comprendre que c’est un peu déconcertant pour Jean, toutes ces considérations techniques. Au début, il nous a dit vouloir utiliser des tables tournantes et des lecteurs de CD pour faire jouer ses disques. Puis, il a compris que les chansons sont maintenant toutes numérisées et qu’il suffit d’un clic de souris sur un ordinateur pour les faire jouer. Il a tout de même montré une belle capacité d’adaptation et nous souhaitons lui mettre tous les outils entre les mains pour connaître du succès », signale le directeur des Opérations de CFYX, Olivier Therriault.

Très positif

 « Les commentaires sur l’émission de Jean sont très positifs. Il propose une émission de type magazine avec de grandes entrevues, parsemées de chansons souvenirs. Il a mis en ondes des entrevues avec de grandes personnalités et des personnalités locales que l’on n’aurait probablement jamais entendues si l’émission de Jean n’avait pas existé. À vrai dire, nous serions intéressés à développer une émission dans le même genre pour le dimanche matin, aussi. Il n’y a aucun doute dans mon esprit. Tant que Jean voudra demeurer en ondes chez nous, il le pourra, c’est certain! », conclut monsieur Therriault.

Facebook Twitter Reddit