COVID-19 > Le Québec a « le devoir de faire autrement »
COVID-19

Le Québec a « le devoir de faire autrement »

Rapport sur la performance du système de la santé et des services sociaux durant la première vague de la COVID-19
Le ministre Christian Dubé. (Photo: capture d’écran Facebook)

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ainsi que le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, confirment aujourd’hui qu’ils prennent acte des recommandations du rapport final que vient de déposer la Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE), Joanne Castonguay.

Cette dernière avait pour mandat d’évaluer la performance du système de la santé et des services sociaux durant la première vague de la COVID-19 au Québec, particulièrement en ce qui a trait aux soins et aux services offerts aux aînés.

Métal du Golfe_VF

Soulignons que ce rapport final, qui s’intitule « Le devoir de faire autrement », s’appuie sur les données produites par différentes instances scientifiques ainsi que sur 104 entretiens avec différents acteurs qui ont été au cœur de la gestion et la réalité de la première vague.

Parmi les recommandations formulées, mentionnons que le gouvernement et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) sont invités, notamment :

Prestation de services aux aînés

  • à rehausser la prestation des soins de santé et des services sociaux dans les milieux de vie et à renforcer leur coordination avec les services d’hébergement en milieu de vie;
  • à produire un plan national pour doter le Québec d’un système de santé axé sur la valeur, à élaborer ce plan d’implantation et à rendre compte annuellement à l’Assemblée nationale de l’évolution de sa mise en œuvre et de l’évolution des résultats obtenus;
  • à préciser les exigences et les liens entre le système public et le secteur privé;

Santé publique

  • à placer la santé publique au cœur des stratégies prioritaires du MSSS;
  • à développer une culture de transparence en matière de politiques et de décisions relatives à la santé des populations;
  • à élaborer une stratégie nationale intégrée de préparation aux risques sanitaires et maladies infectieuses;
  • à prévoir des investissements dans la surveillance, la préparation et la mise à l’essai périodique d’un plan de gestion de crise.

Outre les recommandations, le rapport de la CSBE identifie également certains facteurs qui ont causé la situation vécue au Québec lors de la première vague, notamment le niveau de préparation à la pandémie, le sous-financement de la santé publique, le manque et la mobilité de la main-d’œuvre dans les CHSLD et les pratiques en PCI.

Engagement du ministre Dubé

« Nous sommes déjà à l’œuvre pour répondre concrètement aux recommandations formulées par madame Castonguay et son équipe. D’ailleurs, nous n’avons pas attendu jusqu’à aujourd’hui pour le faire, car des mesures ont été prises sur le terrain dès 2020, dont on a vu immédiatement les résultats au cours de la deuxième vague. Nos efforts se poursuivent, dans un souci d’amélioration continue, afin d’être mieux outillés lors de prochaines crises sanitaires, auxquelles nous serons mieux préparés. Ce rapport nous invite à adopter une nouvelle vision pour l’avenir, ce que nous nous engageons à faire, de concert avec nos partenaires », souligne le ministre Dubé.

« Je remercie la Commissaire à la santé et au bien-être pour les réflexions pertinentes qu’elle soulève dans son rapport. Les voies de solutions qu’elle et son équipe nous proposent sont intéressantes, et visent à nous doter d’outils mieux adaptés à une gestion de crise de l’ampleur de celle que nous avons connue ces deux dernières années. Bien que de manière proactive, nous avons déjà agi pour corriger des lacunes, et ce rapport nous invite à innover pour faire face aux défis de l’avenir », ajoute le ministre Carmant.

En résumé :

-Certains constats de la CSBE avaient déjà été faits par le MSSS à l’issue de la première vague. En effet, plusieurs moyens ont déjà été mis en place pour corriger ces problèmes : un plan de prévention et contrôle des infections (PCI) a été instauré, du personnel et des gestionnaires ont été ajoutés dans les CHSLD, la circulation du personnel a été limitée et un meilleur approvisionnement en équipement de protection individuelle a été mis en œuvre;

-Ce rapport final fait suite à un rapport préliminaire, déposé en septembre dernier;

-La CSBE et son équipe se sont vu confier ce mandat par le gouvernement en août 2020. L’équipe a reçu l’appui d’un comité formé de trois experts, soit Anne Lemay, économiste en santé, Jean-Louis Denis, professeur à l’Université de Montréal et Mélanie Bourassa Forcier, Commissaire adjointe à l’éthique et la réglementation.

Facebook Twitter Reddit