Nouvelle de 17 h > Rare désaccord parmi les élus
Nouvelle de 17 h

Rare désaccord parmi les élus

Une question de zonage divise le conseil
La majeure partie du conseil municipal élu en novembre dernier, à Rimouski. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Le jeune conseil municipal a failli être au centre d’un événement rarement vu à Rimouski ces 20 dernières années, hier soir : l’obligation, pour le maire, de trancher un vote égal parmi les autres élus.

En l’absence de la conseillère du district Rimouski-Est, Cécilia Michaud, on dénombrait 11 élus présents incluant le maire, lors de cette réunion par téléconférence. Alors que les résolutions sont la plupart du temps adoptées à l’unanimité, une résolution concernant un changement de zonage de l’édifice du 450 boulevard Saint-Germain, dans le district Nazareth, a nécessité un vote. On a d’abord cru que le vote était à cinq contre cinq jusqu’à ce qu’un recomptage démontre un score à 6-4.

Interrogés après la séance du conseil à ce sujet, le maire, Guy Caron, et les conseillers de Sacré-Cœur et de Nazareth, Sébastien Bolduc et Rodrigue Joncas, ont bien voulu livrer leurs commentaires au Journal Le Soir. La demande était de ramener en catégorie résidentielle une maison du boulevard Saint-Germain qui avait changé de vocation en devenant un édifice à bureaux. Ce bâtiment est situé dans la zone entre la rue Vanier et la rue Lausanne, où l’on retrouve notamment une épicerie, deux pharmacies, des restaurants et autres commerces de proximité.

Débat philosophique

Son propriétaire souhaite la vendre comme maison unifamiliale, mais elle n’est plus considérée comme telle.  Monsieur Joncas approuve le statu quo tandis que monsieur Bolduc considère que cette zone plutôt commerciale ne serait pas desservie par un changement de zonage, puisque trois autres résidences s’y trouvent déjà.

 « C’est un débat un peu philosophique. Il y a des points qui militent des deux côtés. Je ne vois pas vraiment ce dossier comme une dissension, mais vraiment comme une question de priorités et comme un débat sain pour les membres du conseil municipal. J’ai trouvé ça très productif de voir que des différences de perspective peuvent s’exprimer », a confié monsieur Caron.

Refonte de la réglementation

Monsieur Caron a proposé la mise à jour de la réglementation en matière d’urbanisme, lors de la campagne électorale de novembre dernier. Monsieur Joncas croit qu’en attendant le déroulement de cet exercice, il est préférable d’être prudent. La question de philosophie semble être celle-ci : doit-on permettre le retour au zonage résidentiel à une maison dont l’usage a été transformé?

« Dans les mois qui viennent –cela a été annoncé par monsieur le maire- on va revoir tous ensemble avec la communauté rimouskoise nos orientations en matière d’urbanisme. Le danger serait de le faire ce soir à la pièce, afin de revenir, de travailler à rebours pour redonner à cette résidence le statut qu’elle a déjà eu. Le danger serait de créer des précédents et de faire en sorte que certaines demandes dans d’autres quartiers nous arrivent avec d’autres problématiques. Je propose que nous allions, pour l’instant, dans le sens des recommandations de nos services d’urbanisme; qu’on y aille avec prudence et avec cohésion pour que bientôt nous ayons une discussion élargie sur ces sujets », a mentionné monsieur Joncas.

Rodrigue Joncas lors de son serment de conseiller. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Cohérent

« Si on part, disons, de Ziebart et qu’on va jusqu’au Motel Colonial, du côté Nord du boulevard, il y a un ensemble de quatre bâtiments de type résidentiel. Trois sont encore utilisés comme résidence unifamiliale. L’autre résidence a été convertie en bureaux en 2008. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que le propriétaire veut revendre sa maison, mais qu’il a perdu son droit acquis. Je tiens à mentionner que je comprends très bien la volonté du conseil d’établir des pôles commerciaux qui sont forts dans chacun des districts pour favoriser la vie de quartier », a commencé par expliquer monsieur Bolduc.

« Je pense que le pôle commercial de Nazareth se porte très bien. Le fait de permettre le retour de cet édifice au statut de résidence ne viendrait pas affaiblir le pôle commercial, mais permettrait de réinstaurer un usage résidentiel qui serait cohérent avec les propriétés d’à côté. Celles-ci seront là encore un certain temps, car elles sont en très bon état. Par souci de cohérence avec le milieu, j’aurais accepté la demande », a ajouté le conseiller de Sacré-Cœur.

Vote

Le refus de changement de zonage a été adopté par six voix contre quatre, soit celles de Rodrigue Joncas, Philippe Cousineau Morin (Saint-Germain), Julie Carré (Pointe-au-Père), Réjean Savard (Terrasse Arthur-Buies), Jocelyn Pelletier (Saint-Robert) et Dave Dumas (Sainte-Blandine/Mont-LeBel), contre celles de Sébastien Bolduc, Mélanie Bernier (Saint-Pie-X), Grégory Thorez (Sainte-Odile) et Mélanie Beaulieu (Le Bic).

Facebook Twitter Reddit