Nouvelle de 19 h > Une vocation pour la maison du gardien
Nouvelle de 19 h

Une vocation pour la maison du gardien

C’est la première page du projet déposé par mesdames Dubé et Marin. (Photo: capture d’écran)

Une candidate défaite dans le district Saint-Robert, à Rimouski, le 7 novembre dernier, Chantale Marin, tient parole et présente un projet pour faire de la maison du gardien du parc Lepage, une Maison des jeunes.

Lors des élections municipales, madame Marin était entrée en contact avec la rédaction du Journal le Soir pour présenter son point de vue sur un dossier très important, en rapport avec l’éducation et la violence chez les jeunes, celui du parc Lepage. Ce parc est situé sur le vaste terrain voisin au Nord de l’école secondaire Paul-Hubert. Depuis des décennies, le parc est le lieu de rendez-vous de jeunes délinquants pour des bagarres et du trafic de stupéfiants. Le problème va et vient et un nouvel épisode est survenu l’automne dernier, avant les élections.

Le parc longe la cour de l’école. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

« J’ai participé à une activité d’animation d’Accueil et Intégration Bas-Saint-Laurent au parc Lepage, en fin de semaine dernière. J’ai été surprise de savoir qu’il y avait là anciennement un gardien pour le parc et sa maison. La bâtisse existe encore et elle est inoccupée. Il y a là un compteur d’Hydro-Québec qui vient nous confirmer que la Ville paye l’électricité pour la maintenir dans un état habitable. J’ai donc pensé : « pourquoi n’ouvrirait-on pas là une maison des jeunes qui serait accessible sur l’heure du dîner, les soirs après l’école et les fins de semaine? » car c’est une maison qui est située près des écoles Paul-Hubert et Saint-Jean », notait alors madame Marin.

Ex-conseillère

L’ancienne conseillère de Saint-Robert, Claire Dubé, a cosigné avec madame Marin le projet de cinq pages déposé au conseil municipal le 1er avril dernier. Les deux femmes font valoir plusieurs avantages en faveur de la réalisation du projet, mais aussi que la maison du gardien du parc Lepage a une valeur architecturale.

Elles inscrivent en ce sens dans leur document une référence de la Société rimouskoise du patrimoine : « Par son style architectural, vernaculaire américain, elle est un exemple des maisons ouvrières qu’on retrouvait vendues en catalogue et donc représentative du développement urbain du quartier Saint-Robert. Cette maison fait partie d’un ensemble cohérent avec le parc Lepage. »

Collaboration avec le Cégep

Elles proposent par ailleurs, un peu dans la même veine qu’une expérience tentée l’automne dernier, que l’on associe à la démarche le département des Techniques policières, le département de Travail social et le département d’Éducation spécialisée du Cégep de Rimouski.

« Cette maison des jeunes pourrait devenir un véritable laboratoire pour les élèves de ces programmes », soutiennent mesdames Marin et Dubé. « Les « ados » sont les oubliés du système. On s’en préoccupe lorsqu’ils dérangent. Ils ont tellement besoin d’être écoutés et de sentir aimés. Côtoyer des adultes significatifs pourrait les aider à devenir des citoyens et des citoyennes critiques, actifs et responsables », estiment les deux femmes.

Celles-ci ont aussi organisé une pétition en ligne pour recueillir des appuis à leur projet.

On peut prendre connaissance de leur projet dans le document ci-dessous.

Facebook Twitter Reddit