26.09.2020
Chroniques Potentiel humain Des invités pour la Semaine Internationale du Coaching (partie 2)

Des invités pour la Semaine Internationale du Coaching (partie 2)

Aujourd’hui, Nadine Rouleau, M. Sc., coach professionnelle ACC et consultante, vous accompagnera dans votre zone de télétravail. Elle partagera avec vous quelques conseils et réflexions pour faire de vous des télétravailleurs sereins.

Survivre au télétravail… ou bonheur en télétravail

Le télétravail fait de plus en plus partie de nos vies. Non ce n’est pas venu avec la pandémie. Cette notion de travail à distance existe depuis le début des années 2000. Actuellement, plusieurs personnes se retrouvent en situation de télétravail sans l’avoir choisi et doivent de surcroit vivre avec l’incertitude et l’insécurité sanitaire. C’est une situation inhabituelle et exigeante pour chacun d’entre nous. Malgré cela, est-il possible de faire du télétravail une expérience positive et intéressante ? Certaines conditions de base doivent être présentes pour que l’expérience de télétravail soit gagnante.

Bien sûr, l’équipement informatique dont tu disposes, est l’une des conditions nécessaires à la satisfaction et aussi à l’efficacité de ton travail. Tu as besoin d’un ordinateur minimalement adapté au type de tâches à réaliser (souris, écouteur avec microphone, écran, clavier, imprimante, connexion Wi-Fi, etc.). Ton espace de travail, ton bureau et ta chaise doivent aussi être adaptés à toi. À ce sujet, je te suggère de consulter le guide sur l’ergonomie du poste de télétravail temporaire, il est simple et bien fait. https://entrac.ca/wp-content/uploads/2020/03/Guide-Ergonomie-teletravail-temporaire-par-Entrac.pdf ou en webinaire https://youtu.be/waHSzThtR5I. Disons que c’est la fraction visible du télétravail.

C’est bien beau l’équipement et l’ergonomie du poste de travail, mais le bonheur en télétravail n’est pas uniquement lié au clavier ou à la chaise ergonomique. La satisfaction au travail comme en télétravail provient de trois éléments essentiellement.

La satisfaction au travail

Ainsi cette relation au travail se compose des éléments suivants : ton supérieur, toi et ton organisation. Il est nécessaire que la situation soit adaptée à soi, cela demande de réfléchir à tes besoins, mais aussi à une relation constructive avec ton supérieur et ton organisation. Assez simple n’est-ce pas?

Regardons d’abord l’élément sur lequel tu as le plus de contrôle, c’est-à-dire: toi. Les besoins au travail des individus sont de trois ordres : le besoin de compétences, le besoin d’autonomie et le besoin d’affiliation[1].

Le besoin de compétence se constitue du sentiment de maîtrise, d’apprendre et d’agir efficacement. Voici des actions qui peuvent aider à satisfaire ton besoin de compétence : avoir du soutien, davantage de feedback et de reconnaissance ainsi que la possibilité de relever des défis stimulants.

Pour sa part, le besoin d’autonomie se compose d’agir librement, d’indépendance et de la liberté de choisir. Si le télétravail est imposé pendant le confinement que nous vivons, la possibilité de choisir demeure présente. Ainsi la possibilité de prendre des initiatives et d’agir librement reste des actions à ta portée. Certaines initiatives doivent être entendues avec ton supérieur soit l’organisation de tes heures de travail et l’horaire que tu te donnes. En vérité, plusieurs options s’offrent à toi.

Enfin le besoin d’affiliation est constitué des interactions avec ton entourage, d’être en relation et d’apporter ton aide à autrui. Les actions qui permettent de répondre à ce besoin se trouvent dans le soutien social, la possibilité de faire partie d’un groupe, de l’authenticité et des amitiés qui jalonnent ta vie. Voici quelques questions qui te permettront de valider si ton besoin d’affiliation est satisfait :

  • As-tu le sentiment que les personnes dont tu te soucies se préoccupent aussi de toi?
  • Te sens-tu lié(e) à des personnes sur qui tu peux compter et qui peuvent compter sur toi?
  • Te sens-tu proche et lié(e) à des personnes qui sont importantes pour toi?
  • Éprouves-tu de l’affection pour les personnes avec lesquelles tu passes du temps?

Également, ce besoin d’affiliation diffère d’un individu à un autre. Certaines personnes ont un besoin d’affiliation plus élevé que d’autres. Mesure ton besoin d’affiliation sur une échelle de 0 à 5 (rarement à toujours) en répondant aux questions suivantes :

  • As-tu un grand besoin de te sentir apprécié(e)?
  • Est-ce que cela te dérange beaucoup si tu es exclu(e) des projets des autres?
  • Est-ce que tu n’aimes pas être seul(e)?
  • Est-ce important pour toi de savoir qu’il y a des gens sur qui tu peux compter en cas de besoin?

Si tu as un besoin d’affiliation élevé, il est fort possible que pour toi le télétravail représente un défi important. Le télétravail est à la limite souffrant, car tu ne retrouves pas ce contact, cette proximité avec tes collègues qui est si chère pour toi. Par conséquent, tu dois fournir plus d’efforts pour maintenir ta motivation et ton efficacité.

La gestion de soi

En fait la compétence importante à développer en télétravail réside dans la gestion de soi. Il s’agit là d’un facteur de succès et de satisfaction pour le travail en général et à distance. C’est de s’influencer soi-même, de gérer sa propre personne, d’établir la libre direction de soi-même et de stimuler la motivation nécessaire.

Il existe des actions qui peuvent t’aider à te motiver davantage. Par exemple, se fixer des objectifs pour la journée ou la semaine, se donner un échéancier pour un dossier, s’encourager, se parler, se récompenser suite à un objectif atteint, se questionner sur ses croyances, ses préjugés, s’observer et se faire plaisir. Tu peux aussi te donner des repères en planifiant ton avant-midi, ta journée et même le lendemain pour démarrer la prochaine journée en force.

Quoique le travail est à distance, tu demeures en relation avec ton supérieur. Ce dernier a aussi à vivre ses inquiétudes, à s’adapter à une situation de confinement non choisie. Par conséquent, il peut vivre un sentiment de perte de contrôle. Ce contexte nécessite chez lui d’agir avec plus de souplesse et de faire confiance. Si la confiance est déjà présente avant la modalité de télétravail, la relation d’encadrement entre toi et ton supérieur s’en trouve grandement facilité. Sinon, comme employé, que peux-tu faire pour jeter les bases de cette relation de confiance et la conserver? Il y a trois ingrédients pour bâtir et maintenir une relation de confiance; la compétence, la bienveillance (suis-je de bonne volonté lorsque je propose ou j’agis de telle façon) et l’intégrité (est-ce que j’adhère à certains principes).

De bonnes pratiques

Voici quelques exemples de bonnes pratiques qui te permettront de jeter les bases de cette relation de confiance à développer et à maintenir: 

Avec ton supérieur, définis les objectifs et les résultats attendus. N’oublie pas que les objectifs doivent être concrets et mesurables.

Reste connecté avec tes collègues et ton supérieur d’une part pour les rassurer sur ta disponibilité et ton implication en restant joignable par messagerie ou téléphone.

Définis tes limites, ton horaire de travail, les heures où tu es joignable en collaboration avec ton supérieur. Cela évite la difficulté à couper en fin de journée ou se sentir obligé de répondre aux courriels reçus en fin de soirée.

Préserve l’esprit d’équipe. Maintiens la convivialité en partageant virtuellement ton café à la pause avec tes collègues ou en saluant tes collègues en démarrant ta journée de télétravail.

Le succès du télétravail réside avant tout sur la construction d’une relation de confiance entre l’employé et son supérieur. Fournir des résultats, respecter ses engagements et rester disponible contribuent à bâtir la confiance et à la consolider.

Enfin la relation avec ton organisation contribue à ton mieux-être au travail tout comme en télétravail. Cette relation se définit sous les angles de la coopération, d’obligation et de réciprocité entre le travailleur, son supérieur et son organisation. Tu reçois un salaire pour le travail que tu effectues de façon volontaire avec tes collègues et ton supérieur qui eux à leur tour te fournissent des outils, des informations, du support afin que tu puisses fournir la prestation de travail demandée et attendue. Ainsi tu participes au bon fonctionnement de l’organisation. Qu’est-ce que tu peux faire pour maintenir et améliorer ta relation d’échange et de réciprocité à ton organisation? Encore là, plusieurs possibilités s’offrent à toi telles que l’entraide, la courtoisie (bonjour le matin en démarrant la journée à ton équipe et supérieur, remercier …), l’altruisme, la tolérance, etc.

Ton expérience en télétravail sera positive dans la mesure que tu vas bien (gestion de soi) et que tes relations sont positives avec ton supérieur et l’organisation.

Coaching et gestion de soi

Est-ce possible de développer ou d’améliorer la gestion de soi? Assurément, l’accompagnement en coaching permet de développer la gestion de soi.  Faire le bilan de ta situation actuelle, d’identifier tes zones de satisfaction et d’insatisfaction, de connaître ton fonctionnement personnel, de mieux lire ton environnement et d’identifier les outils pertinents composent les objectifs de développement en lien avec cette compétence.

Mercredi: Annie-Claude Pineault, coach professionnelle certifiée, vous partagera ses stratégies afin de trouver votre propre Zone d’excellence. Retrouvez-la!


[1] Victor Haines III, Ph. D. CRHA, professeur en gestion stratégique des ressources humaines à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×