Chroniques > Sport et société > Gallagher et Danault sont dus pour contribuer à l’attaque
Sport et société

Gallagher et Danault sont dus pour contribuer à l’attaque

Phillip Danault (24) devra en faire plus en attaque, tandis que Joël Edmunson (44) n’a pas grand-chose à se reprocher face aux Golden Knights. (Photo: Facebook-LNH)

À l’approche du cinquième match, il y a certaines choses qu’on peut espérer afin que le Canadien puisse remporter une victoire cruciale.

Nous apprécions tous la contribution en défensive et l’acharnement au travail du trio piloté par Phillip Danault, mais il faudra éventuellement qu’il produise quelque chose en attaque. Je pense particulièrement à Brendan Gallagher. Au-delà de sa fougue légendaire, il est aussi connu pour marquer des buts importants chez le Canadien dans le passé. L’équipe aurait besoin d’un de ces buts de la part du trio qui est le plus souvent utilisé par Dominique Ducharme.

On peut aussi espérer un réveil des unités en avantage numérique. C’est vrai qu’elles n’ont pas eu beaucoup de chances de s’illustrer jusqu’à présent, mais elles déçoivent tout de même. Si les arbitres décident éventuellement d’accorder quelques pénalités, il faudra que le Tricolore soit prêt à faire payer le prix aux Golden Knights. C’est ce soir que ça doit commencer. Imaginez une victoire pour ensuite se retrouver à Montréal le soir de la Saint-Jean, avec une place pour la finale en jeu! Cela pourrait devenir une soirée mémorable. Ne nous emballons pas trop vite, cependant.

Une « tradition » dépassée

Permettez-moi de parler un peu de l’autre série demi-finale de la coupe Stanley, celle opposant les Islanders de New York au Lightning de Tampa Bay. Les champions en titre ont servi une véritable leçon de hockey aux Islanders, hier soir, en remportant le match par 8-0.

Évidemment, il aura fallu qu’un joueur de l’équipe perdante envoie un message avec un coup salaud pour « préparer le prochain match », une tradition aussi ridicule que dépassée. C’est le très talentueux Mathew Barzal qui a choisi de le faire, un geste que son entraîneur n’a pas vraiment apprécié. Un jour, la culture du hockey passera à autre chose, mais ce n’est certainement pas demain la veille. Les Islanders ont plus besoin des points de Barzal que de ses poings s’ils veulent passer à la dernière étape.

Facebook Twitter Reddit