Élections municipales 2021 > Accélérer la transition vers les véhicules électriques, quitte à payer plus cher
Élections municipales 2021

Accélérer la transition vers les véhicules électriques, quitte à payer plus cher

La période des questions de Guy Caron
Guy Caron souhaite une accélération de l’électrification de la flotte de véhicules de la Ville de Rimouski. (Photo: archives-journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Le candidat à la mairie de Rimouski, Guy Caron, croit que la Ville doit accélérer la transition de sa flotte de 262 véhicules à essence vers l’électricité, quitte à payer certains équipements plus chers.

C’est ce qui ressort notamment de la période de questions à laquelle monsieur Caron s’est prêté ce matin, en compagnie d’une demi-douzaine de journalistes, en marge de sa conférence de presse portant l’électrification des transports et l’environnement.

« Quelle est votre position sur l’électrification de la flotte de véhicules de la Ville de Rimouski ? », a demandé le journal le soir à monsieur Caron.

« La flotte de la Ville est composée de différents types de véhicules. Il y a des véhicules lourds, qui sont plus difficiles à adapter à l’électricité. Je pense entre autres aux déneigeuses. Je ne crois pas que les déneigeuses électriques existent, encore. Il y a cependant bon nombre de véhicules réguliers, comme des camionnettes et des véhicules tout terrain, qui sont à essence et qui peuvent être changés. Il commence à y avoir plus d’offre en la matière. La Ville de Rimouski doit, à mon avis, se doter d’une politique de transition accélérée vers plus de véhicules électriques. Mais je ne parle pas de changer des véhicules qui sont fonctionnels présentement », a d’abord répondu monsieur Caron.

« On va les laisser atteindre leur durée de vie normale et lorsque le remplacement devra se faire, la Ville devrait considérer fortement la possibilité de changer un véhicule, même avec un prix d’acquisition initial plus élevé, pour favoriser la transition. J’aimerais souligner en passant l’excellent travail du Service des travaux publics de Rimouski qui a consacré des efforts importants sur l’efficacité énergétique. On a vu une diminution importante de l’utilisation de l’essence diesel dans les cinq dernières années. J’entends accélérer ces efforts avec une politique de transition de la flotte municipale vers les véhicules électriques. »

Changements climatiques

Lors de sa rencontre de presse, monsieur Caron a évoqué la mésaventure d’un couple rimouskois rapportée cette semaine qui a dû déménager sa maison ancestrale en raison de l’érosion des berges qui la menaçait. Une collègue de TVA lui a signalé que l’un des problèmes avaient été les contraintes administratives auxquelles ce couple a dû se soumettre et demandé ce que la Ville pouvait éventuellement y faire.

« Le fonds dédié que je propose de mettre en place pour combattre les changements climatiques pourrait être utilisé de différentes manières, tout dépendant de la situation. Ce pourrait être dans la situation concrète qu’on a vue, où l’argent pourrait venir aider à compenser l’ensemble des coûts -dont les propriétaires vont être affectés par un déménagement potentiel ou une démolition potentielle avec une facture de quelque 150 000 $ comme c’est le cas ici- et ce pourrait être pour des mesures administratives qu’il va falloir compenser pour diverses raisons. Il n’y a pas de solution unique. Ça dépendra des situations auxquelles on serait confronté, mais le fonds sera assorti de conditions d’admissibilité. On commence à en savoir assez sur les changements climatiques pour émettre des lignes directrices précises, pour faire face à des événements déplorables », a réagi le candidat Caron.

Guy Caron (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud

Bornes et stationnement

« Vous voulez encourager l’utilisation des véhicules électriques par différentes mesures ? », a questionné le journaliste de la radio CKMN, Francis Belzile.

« J’ai deux mesures que je veux mettre de l’avant en particulier. La première, c’est le stationnement gratuit pour les véhicules électriques sur tous les terrains municipaux de la Ville de Rimouski. Ils sont facilement identifiables pour les agents de stationnement, car ils ont des plaques d’immatriculation vertes. Cette mesure viendrait encourager les gens à se doter d’un véhicule électrique. L’autre élément, c’est l’installation de 10 bornes de recharge rapide. Celles-ci permettent de recharger un véhicule en 30 minutes ou moins. Je veux accélérer l’installation de telles bornes en profitant des subventions offertes par les autres paliers de gouvernement. On les installerait à des endroits pratiques pour les citoyens et les touristes, comme l’hôtel de ville, le Colisée de Rimouski et la bibliothèque municipale. Ce sont des endroits où les gens peuvent se rendre pour autre chose et faire leur recharge en même temps. On doit accélérer l’offre de bornes rapides pour encourager le passage aux véhicules électriques. Les gens vont se rendre compte que le prix d’achat est peut-être élevé, mais que pour la durée de vie et les avantages et économies d’échelle, ce sera définitivement une aubaine », a commenté l’ex-député fédéral.

Retard

« Il y a davantage de bornes de recharge dans les villes voisines qu’à Rimouski, qui n’en compte que trois. Comment expliquez-vous ce retard? », est intervenu Denis Leduc, de Radio-Canada.

« Je ne peux pas l’expliquer, mais je peux constater qu’il y a un retard et que c’est la raison pour laquelle on doit mettre les bouchées doubles. Comme métropole régionale, on a une responsabilité de donner l’exemple et d’aller dans cette direction, sachant qu’il y a des mesures incitatives des autres paliers de gouvernement. Mon engagement d’installer au minimum 10 bornes de recharge en quatre ans ira dans la bonne direction et on verra si les autres villes vont aussi adopter des mesures accélérées », a argumenté monsieur Caron.

« L’implantation de bornes de recharge n’est évidemment pas le seul moyen d’encourager l’électrification des transports, c’est l’un des moyens, mais c’est un message fort voulant que les villes peuvent et doivent prendre leurs responsabilités en matière de lutte aux changements climatiques. Surtout quand on voit qu’à Rimouski, dont le territoire est peu densément peuplé et qui a une population de 50 000 habitants, le recours à la voiture est très attrayant et souvent nécessaire. Maintenant, est-ce qu’on peut fournir des incitatifs pour que les gens puissent considérer, malgré le prix plus élevé, l’achat d’une voiture électrique? La réponse est oui. On peut le faire et il faut que ce soit plus attrayant », a également constaté monsieur Caron, à la suite d’une question de la journaliste Marie-Laurence Saint-Pierre, de la radio CFYX.

Facebook Twitter Reddit