Nouvelle de 19 h > Ça passe serré, sur Jessop!
Nouvelle de 19 h

Ça passe serré, sur Jessop!

À peine une différence entre 50 km/h et 70 km/h
On voit rapidement des choses inquiétantes quand on observe le comportement des automobilistes et chauffeurs, sur le boulevard Jessop, vers la montée Industrielle-et-Commerciale. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Le secteur Est du boulevard aux cinq noms, particulièrement le boulevard Jessop jusqu’à la montée Industrielle et Commerciale, mérite amplement l’attention qu’entend lui donner la Ville de Rimouski dans son projet de remaniement des limitations de vitesse.

Le conseil municipal de Rimouski s’apprête à prendre des décisions importantes, entre autres en faisant disparaître les limites de vitesse à 70 km/ dans certaines portions du boulevard Saint-Germain/René-Lepage, au profit d’une vitesse maximale homogène à 50 km/h. On pense ici aux sections allant de la rue de la Gare, avant même la montée des Saules, à la rue Lausanne; et allant de l’avenue de la Cathédrale jusqu’au centre commercial Le Carrefour Rimouski.

Dans une entrevue avec le Journal le Soir, hier, le maire, Guy Caron, a mentionné le terme « secteur accidentogène » en parlant de la zone du boulevard Jessop située près de l’avenue Léonidas. Des lecteurs nous ont aussi demandé de porter attention à la même portion du boulevard « aux cinq noms », mais du début de Jessop jusqu’au port de Rimouski.

Il s’en passe des choses!

Nous avons tenté, dans le cadre de notre série de reportages sur la circulation automobile de cette semaine, de porter un coup d’œil qui résumerait les deux sujets. Nous nous sommes donc installés pendant 10 minutes sur le stationnement du Carrefour Rimouski, pour observer particulièrement ce qui se passe entre l’avenue Léonidas et la montée Industrielle et commerciale. Et il s’en passe des choses!

Jusqu’à maintenant dans nos reportages, la situation constatée sur l’avenue Sirois, près de l’école L’Aquarelle et de l’épicerie Malenfant, était celle qui nous semblait la plus critique en termes de potentiel d’accident, mais nous venons de trouver notre cas numéro deux.

Le conducteur d’une roulotte tente sa chance. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Caravanes

D’abord, en ce 4 mai, le Carrefour accepte les roulottes et caravanes motorisées dans son stationnement. Leurs occupants semblent avoir une préférence pour la proximité du fleuve. Leurs conducteurs devront avoir l’œil ouvert pour quitter les lieux par le boulevard.

Entrées et sorties

L’entrée et la sortie du Carrefour donnant sur le boulevard, en général, sont parfois problématiques, notamment lorsqu’il y a deux véhicules, que l’un veut sortir dans un sens et l’autre dans le sens contraire. Il y a trois voies possibles. Il nous semble que l’on devrait empêcher les sorties qui donnent directement sur le boulevard depuis le stationnement et limiter la circulation à la ruelle située à l’Ouest du Carrefour et aux rues contigües

Il y a du trafic lourd. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Accélérations et freinages brusques

Il y a aussi beaucoup de vitesse. Il semble y avoir un problème entre les deux feux de circulation. Ils sont bel et bien synchronisés pour donner une chance au va-et-vient du Carrefour (heureusement!), mais c’est le résultat qui laisse perplexe. Comme il y a un vide de circulation volontaire, on dirait qu’une voie est pleine pendant que l’autre est vide. Les trois ou quatre premières voitures qui démarrent depuis un feu de circulation en direction de l’autre auraient un faux sentiment de sécurité qui créerait une tendance à accélérer, plus qu’ailleurs.

Ça accélère tellement, à propos, que nous avons été témoins d’une bonne demi-douzaine de freinages très brusques en une dizaine de minutes, dans l’espace entre les feux de l’avenue Léonidas et le virage vers la montée Industrielle et Commerciale. Des freinages qui ont évité des collisions de peu.

Même avec les feux synchronisés, les sorties sont parfois hasardeuses. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Camions

Et puis, qui dit montée industrielle, dit secteur industriel. Et qui dit secteur industriel?…. Dit camons! Donc, il y a beaucoup de camions, certains légers, d’autres très lourds, qui circulent dans ce secteur. Nous avons notamment vu des fourgonnettes de la Ville qui se dirigeaient probablement vers le garage municipal de la 2e rue, mais aussi des fardiers et des camions-remorque. La proximité de l’autoroute 20 s’ajoute au parc industriel comme facteur de circulation accrue.

L’aller-retour rue de la Gare-Carrefour

Reprenant encore les propos de monsieur le maire Caron, qui mentionnait que la réduction de la vitesse maximum sur le boulevard aurait moins de deux minutes d’impact sur le temps de déplacement, nous avons fait le test.

Monsieur Caron a mentionné plus précisément une différence d’une minute et 46 secondes entre un parcours à 50 km/h, de la rue de la Gare au Carrefour, et le même parcours avec les vitesses actuelles.

La distance entre ces deux points est de 8,3 km. Tout au long de l’aller à 50 km/h, nous avons dû nous arrêter à environ 15% des feux de circulation. Le feu qui nous fait attendre le plus, dans les deux sens à part ça, est celui qui mène au boulevard de la Rivière et au centre-ville, près du brise-lames. Probablement en raison de sa situation stratégique. Il faut se montrer particulièrement prudent dans le secteur de Jessop où, avant d’arriver à Léonidas, il y a deux gros dépanneurs libre-service, une pharmacie, un supermarché, les magasins Dollarama et L’Aubainerie.

Notez que le temps est arrondi sur l’écran de la voiture, mais que nous l’avons exactement chronométré avec un autre outil, plus approprié. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Le verdict

Résultat de notre expérience à l’aller, pour 8,3 km à une vitesse maximale de 50 km/h entre la rue de la Gare à Sacré-Cœur et le Carrefour Rimouski: 11 minutes 43 secondes. Vitesse moyenne: 39 km/h.

En prenant la route dans l’autre sens, en roulant aux limites de vitesse actuelles, avec des zones à 70 km/h entre Léonidas et Cathédrale et entre Lausanne et la limite de Sacré-Cœur, jusqu’à la rue de la Gare : 11 minutes et 19 secondes, à une vitesse moyenne de 40 km/h. . Le tout, pour « un gros » 24 secondes de temps précieux épargné en roulant à 70 km/h au lieu de 50 km/h.

Notez que le temps est arrondi sur l’écran de la voiture, mais que nous l’avons exactement chronométré avec un autre outil, plus approprié. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)
Facebook Twitter Reddit