Nouvelle de 18 h > Mise en garde du maire aux automobilistes
Nouvelle de 18 h

Mise en garde du maire aux automobilistes

Le règlement sur la vitesse est adopté
Les enjeux de circulation n’ont pas fini de faire jaser, à Rimouski. Ici, le boulevard Jessop, considéré accidentogène, surtout dans le secteur de l’avenue Léonidas. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Le maire de Rimouski, Guy Caron, n’est pas insensible aux commentaires des citoyens sur la réduction des limites de vitesse dont il a pu prendre connaissance, notamment à la suite de nos reportages sur la circulation.

Le règlement sur la réduction de la vitesse à 40 km/h dans les zones résidentielles non collectrices et à 50 km/h sur certaines artères a été adopté par le conseil municipal, hier soir. Il entrera en vigueur le 6 juin et les nouveaux panneaux seront installés progressivement au cours de l’été.

Monsieur Caron a bien remarqué à la suite de nos reportages sur la circulation, notamment la semaine dernière, que de nombreux automobilistes semblent franchement opposés à l’uniformisation de la vitesse à 50 km/h sur une distance de 8,3 km, sur le boulevard Saint-Germain/René-Lepage/Jessop.

« Qui fait jaser… »

Le maire Caron a déjà annoncé qu’il y aurait une surveillance accrue des policiers avec le nouveau règlement et il semble vouloir marteler son message, aujourd’hui. Il souhaite également, au sujet de la réduction de la vitesse, répondre à ceux qui s’interrogent sur la manière dont on prend les décisions à la Ville.

« Le règlement a été adopté et signifie essentiellement que la vitesse est réduite à 40 km/h dans les rues résidentielles non collectrices –ce qui exclut Arthur-Buies, Ross, Cathédrale et 2e rue qui demeurent à 50 km/h. Certaines zones rurales où il y a plus de densité résidentielle vont passer de 80 km/h à 70 km/h. La mesure qui fait le plus jaser est celle de la réduction à 50 km/h à partir de la rue de la Gare à Sacré-Cœur vers l’Est. De là jusqu’aux environs du centre commercial Carrefour, où il y a la petite ruelle, ce sera dorénavant à 50 km/h », précise monsieur Caron.

« On ne se réveille pas subitement! »

« À ceux qui se posent la question à savoir comment fonctionne un conseil municipal, on ne se réveille pas subitement en se disant « ça nous tente de réduire la vitesse et on va le faire! » Des citoyens ont relevé des problématiques et effectivement, on a un problème de vitesse sur le boulevard. Il ne faut pas se cacher la tête dans le sable. J’habite à Sacré-Cœur et pour être honnête, je considère que j’ai le pied un peu pesant et pourtant, je me fais dépasser quand même. »

« Je considère qu’il faut répéter nos arguments pour la réduction globale à 50 km/h sur le boulevard (Saint-Germain-René-Lepage-Jessop) et je vais le faire dès maintenant : le boulevard commence avec une zone scolaire à Sacré-Cœur, passe sur deux traverses scolaires, soit celles de la montée des Saules et celle de la rue Lausanne; il y a toujours des gens qui roulent vite rendus là et il y aura de plus en plus d’aînés au centre-ville avec les résidences de Groupe Sélection. Sur Jessop, on a une moyenne d’un accident aux deux semaines. C’est un endroit où il y a le plus de collisions. Tout ça a été recommandé par le comité de circulation de la Ville, qui est composé notamment de citoyens, d’experts du génie-environnement et de conseillers municipaux qui étudient les problématiques », poursuit le maire de Rimouski.

Un boulevard pas nécessairement à 70 km/h

« Des fois le comité recommande de poser des gestes à la suite de ce qu’on lui rapporte, des fois il recommande de ne rien faire. Nous, comme conseil municipal, on a réalisé qu’effectivement il y avait un problème et que la tendance, partout dans le monde, est de réduire la vitesse. L’argument voulant qu’un boulevard « doit rouler » à 70 km/h ne tient pas. Il y a des boulevards urbains partout qui roulent à 50 km/h et même à 40 km/h, notamment à Saint-Bruno (rive Sud de Montréal) qui a un boulevard un peu comme Arthur-Buies, chez nous, et dont la vitesse est à 40 km/h. D’ailleurs, avec les travaux de réparation du pont de la rivière Rimouski, ça ne fera pas de différence, ça va congestionner rendu là », rappelle Guy Caron.

Présence policière

« Quand tu roules à 90 km/h dans une zone de 70 km/h, et que tu te fais prendre, l’amende est moins douloureuse que si tu te fais prendre à 90 km/h dans une zone de 50 km/h, alors je pense que c’est clair : les gens ne rouleront peut-être pas à 50 km/h, mais il ne rouleront plus à 90 km/h. »

 « Allez-vous effectivement renforcer la surveillance policière? », a demandé l’auteur de ces lignes à monsieur le maire.

« Oui, et pas seulement au début. On travaille avec la Sûreté du Québec là-dessus et il faudra que les gens réalisent que s’ils décident de continuer à rouler à 90 km/h, ça va faire mal au portefeuille et aux points d’inaptitude », tranche monsieur Caron.

Guy Caron (Photo: capture d’écran-Ville de Rimouski-MACOMMUNAUTÉ)

Voulez-vous absolument aller plus vite?

« S’il y a vraiment des gens qui veulent parler de la vitesse et de leurs suggestions pour améliorer le transport à Rimouski, il y aura toute une composante de la consultation Rimouski 2030 qui portera là-dessus. Ceux qui veulent absolument aller plus vite sur le boulevard auront la chance de le faire dans un contexte plus global. Je me demande bien cependant quels arguments on pourrait me servir pour contredire les arguments de sécurité, notamment, qu’on apporte sur la vitesse à 50 km/h (collisions, aînés, traverses scolaires). Si on pense à l’inverse, ce serait quoi le/les bénéfice(s) de rouler 20 km/h de plus? À part de rouler plus vite? », se demande finalement le maire Caron.

Facebook Twitter Reddit