22.09.2020

Le millionnaire

Je pourrais vous parler des différentes crises qui ont ébranlé ce monde, mais je vous parlerai plutôt de cette crise qui ébranle votre monde.

Jamais vous n’aviez vécu cela auparavant. Vous ne vous doutiez même pas que cela puisse arriver un jour. Vous avez du temps. Eh oui! Ce fameux temps après lequel vous courriez tout le jour tous les jours. Il est là, assis en face de vous, dans le fauteuil en tissus bleu poudre. Même qu’il commence à vous regarder de travers. Il lorgne aussi du côté de la tache de sauce à poutine laissée là hier, comme alibi, par votre ado, Hugo. Il n’est pas sorti (la preuve est détachable), il était seul (il n’y a qu’une unique tâche).

Une goutte s’écoule le long de votre nez. Non, vous n’avez pas de fièvre; c’est une larme, une simple larme qui glisse aussi lentement que le regret des ces mautadits clients qui vous tapaient encore sur les nerfs la semaine dernière. Car la semaine dernière, vous en aviez encore des clients! Déjà vous vous rappelez avec nostalgie ce fameux Monsieur bougon qui, mardi, chialait encore. Vous vous ennuyez déjà de lui. Il est parti en premier, il a plus de 70 ans. Oh! Il n’est pas bien loin, pas parti pour vrai, vous l’avez vu hier soir par la fenêtre de son salon quand vous êtes allé glisser dans la butte en arrière avec le petit dernier. Il vous a même salué. Bah! probablement qu’il grattait une tâche dans la vitre, le bougon, mais vous avez vu son sourire, réservé juste à votre petit Léo, de ça, vous êtes certain.

Une deuxième larme suit la première. Votre chemise va être détrempée. Pas grave, vous avez le temps de faire un deuxième lavage et même de plier les bobettes au carré, de classer les chaussettes par couleur ou par date d’expiration. Tiens! vous demanderez même à Léo de vous aider; vous pratiquerez les fractions. Vous n’êtes même plus certain de savoir ce qu’est 4/5 de 10, mais ce n’est pas grave, le mangeur de poutine pourra vous aider. Et si vous vous y mettiez tous les trois. Tiens! le fauteuil vous sourit, le tissu bleu vous semble plus doux que tout à l’heure, vous en êtes même certain, le poil du velours a même poussé un peu.

Il faudra aussi acheter 4/5 de poche de patates le mois prochain parce que Monsieur bougon ne sera plus là chaque matin pour engraisser la caisse de son deux piastres. Mais ce n’est pas grave, on vous a assez répété que le temps, c’est de l’argent! Vous vous rendez soudain compte que vous venez de devenir millionnaire. Un millionnaire assis sur son kit de fauteuils bleus avec vos deux fils qui viennent de faire disparaitre la tache en s’assoyant dessus.

— Papa! Y sont où les sacs réutilisabes? On va aller porter des conserves sur la galerie à Monsieur bougon.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×